RTFlash

Première européenne : téléphonie sur IP en WiMAX entre Alençon et Rouen

Lundi, l'opérateur alternatif Altitutde Telecom a donné le coup d'envoi des premiers services de téléphonie sur IP sans fil, par la boucle locale radio, en technologie WiMAX. En présence du ministre délégué à l'Industrie Patrick Devedjian, Altitude Télécom a inauguré le premier site équipé : le chantier de la future autoroute A28 entre Rouen et Alençon, qui associera donc aménagement routier et désenclavement numérique.

Ce site est le premier en Europe à être équipé de services de téléphonie sans fil par la boucle locale radio, grâce à la technologie WiMax. Cet événement marque le lancement d'une véritable révolution technologique, puisqu'il s'agit de la première offre industrielle de "voix sur IP" en technologie radio, permettant de s'affranchir des contraintes des réseaux traditionnels de téléphonie fixe et mobile. La technologie WiMax constitue un instrument d'accès à Internet haut débit complémentaire de l'ADSL et des autres modes d'accès sans fil à Internet haut débit (WiFi, satellite, UMTS), particulièrement bien adapté pour l'aménagement numérique du territoire, ainsi que pour le développement de nouveaux services nomades.

Le WiMAX bénéficie aujourd'hui d'un fort succès, à l'heure où plus de 1500 demandes d'éligibilité ont été enregistrées en moins de trois mois sur les départements en cours de déploiement. Plusieurs centaines d'utilisateurs finaux bénéficient déjà des performances du WiMAX.

Parallèlement au WiMAX, la voix sur IP se pose comme une alternative à la téléphonie fixe traditionnelle permettant de maîtriser ces coûts. Dans un contexte où les consommations téléphoniques des entreprises représentent les deux tiers de leurs budgets télécoms, Altitude Telecom a annoncé son intention de commercialiser dès le mois de juin une offre de téléphonie IP, transportée sur son réseau, garantissant une réduction de 50 % de la facture téléphonique d'une entreprise.

Patrick Devedjian publiera avant la fin de l'année un décret créant un marché secondaire des fréquences WiMax. Comme l'ART, le ministre délégué à l'Industrie s'oppose au système des enchères pures, ainsi qu'à une attribution par soumission comparative pure, leur préférant une sélection mixte « par soumission comparative avec critère de prix ». De plus, il souhaite ne pas retenir l'échelon national pour attribuer les licences pour que la procédure soit ouverte aux collectivités locales. Le marché secondaire doit encourager les futurs détenteurs de licences WiMax qui n'en auraient finalement plus l'usage ou un usage restreint à les céder. Le décret pourrait être ensuite étendu à d'autres types de fréquence que le WiMax, un standard de transmission sans fil haut débit avec une portée théorique de 50 kilomètres en zone rurale (5 kilomètres en zone urbaine).

Article @RTFlash

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    back-to-top