RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Edito : Le premier être humain, cloné, est né ce matin...

Quand, dans des temps maintenant très proches, qui doivent se compter en courtes années, et non en décennies, cette information tombera sur tous les téléscripteurs du monde, resterons-nous sidérés, pétrifiés, comme nous le fûmes le 11 septembre dernier, lorsque 3 avions furent volontairement jetés sur les Tours de Manhattan et le Pentagone, parce que nous n'avions jamais imaginé que cela pourrait arriver ? S'il en était ainsi, cela confirmerait que nos Démocraties souffrent, décidément, d'une terrible cécité. Il n'y a pas d'exemple avéré, dans l'Histoire moderne de l'Homme, depuis qu'il s'est organisé en sociétés, il y a déjà quelques milliers années, que, de façon durable, il ait refusé des avancées qui lui étaient proposées par la Science, ou du moins par ceux qui se disaient savants, que celles-ci aient mené vers le Bien, mais aussi, malheureusement, vers le Mal. Il y aura toujours un Baron Frankenstein, un « savant fou » qui, ne serait-ce que pour entrer dans l'Histoire, sera prêt à donner vie à une Créature. Or, comme l'a fort bien dit, ces jours derniers, le Professeur Jean-François Mattei, éminent généticien : « il aurait suffi que l'embryon de six cellules, qui fut réalisé par Advanced Cell Technology, et dont l'annonce tapageuse dimanche dernier a relancé le débat sur le clonage humain, soit déposé dans un utérus humain, pour que quelques mois plus tard, naisse un bébé cloné ». Il faut donc l'admettre et en tirer, sans retard, les conséquences : La naissance d'un bébé cloné issu d'un être humain, ne posera pas plus de problèmes techniques que pour les autres mammifères. Ce n'est plus qu'une question de temps. La question que nous devons maintenant nous poser, sans retard, est fondamentale : ce bébé cloné sera t-il déclaré comme étant un être humain ? Si toutes affaires cessantes, tous les Pays du monde ne mettaient pas tout en oeuvre pour répondre à cette question, nous risquerions de rester, une fois encore, totalement pétrifiés, quand, « l'inventeur » qui aurait réalisé cet être vivant irait à la mairie la plus proche pour y déclarer la naissance d'un nouvel être humain, comme le veut la Loi. Nom du Père : Sans - Nom de la Mère : Sans. Dans la précipitation, et sous la pression médiatique, toutes les télévisions du Monde s'étant donné rendez-vous devant la porte de cette petite mairie de quartier, le plus haut gouvernant du pays où cela se passera, après avoir, en urgence, consulté son Parlement, devra donner l'ordre à l'Officier d'Etat Civil d'enregistrer cette naissance comme toute autre naissance. Que pourrait-il faire d'autre ? Déclarer que ce n'est pas un Homme, puisque ce bébé clone n'est pas le fruit d'une fusion entre deux êtres humains, comme cela se fait depuis l'origine des Temps, mais est issu d'un seul être humain ? Si cette réponse n'est pas mûrement réfléchie, et préalablement débattue à une large tribune mondiale, telle que celle de l'ONU, le gouvernant responsable d'une Démocratie ne pourra pas, en conscience, répondre que cet être nouveau n'est pas un être humain. Et pourtant sera-ce bien un être humain ? Un être humain est toujours un être original. Même si nous sommes, en cet instant, plusieurs milliards d'hommes et de femmes à vivre (ou à survivre) sur notre Terre, nous savons qu'il n'y a pas un seul autre être qui soit notre totale et complète copie. C'est cela le miracle de la Vie ! Or, cet être cloné, né du noyau d'une cellule transféré dans un ovule, lui-même vidé de son noyau, sera la copie parfaite de l'homme ou de la femme qui aura fourni la cellule. Il sera sa copie physique parfaite. Les travaux sur l'animal nous permettent déjà de l'affirmer. En sera t-il aussi sa parfaite copie au niveau de sa personnalité, de son intelligence, en un mot de son âme ? Comme nous sommes encore très profondément ignorants des processus qui déterminent toute notre partie « immatérielle », personne, alors que certains aventuriers s'apprêtent à ouvrir la porte, ne sait encore ce qui se trouve derrière. Que de questions majeures pour lesquelles nous n'avons pas encore de réponse, et auxquelles l'Humanité va devoir répondre dans des temps très courts, maintenant. Si nous disons oui, c'est bien un être humain comme les autres, de quel droit pourrons-nous, ultérieurement, refuser que tout un chacun puisse, en toute liberté, faire reproduire son image ou l'image d'un être cher disparu ? Si nous disons non, ce n'est pas un être humain, imaginons nous les secousses que devraient supporter nos Démocraties. A moins de recréer des états inférieurs de la Condition Humaine, ce qui ne serait en rien souhaitable, et qui marquerait une régression de l'Humanité, serait-il imaginable que nous rejetions dans le monde des animaux, des êtres vivants ayant, comme nous, deux bras et deux jambes, et surtout, portant comme nous tous, le patrimoine génétique hérité de l'Histoire de l'Homme. Ces êtres ne seraient alors que des animaux de laboratoires au destin bien triste. Ce n'est pas pensable ! Il nous faut donc, tous ensemble, nous préparer à répondre à cette question fondamentale : quelle place l'Homme est-il prêt à laisser à l'être humain cloné ? Il est urgent d'agir. Demain il sera trop tard...

René TRÉGOUËT

Sénateur du Rhône

Noter cet article :

 

Recommander cet article :

  • zanon

    8/04/2013

    bien évidemment, on ne peut arrêter le progrès dans le domaine de la science. Mais pour autant, ne serait-il pas extrêmement dangereux de cloner des humains ? Certains pourraient en faire des Machines de Guerres ou plus....Où se situerait cet être somme toute humain mais pas tout à fait ?
    On entend dire que cela contribuerait à soigner...Je suis très perplexe quant au bien fondé du clonage humain. Cloner des animaux ??? Pourquoi pas ? pour la nourriture par exemple mais je pense qu'il ne faudrait pas aller plus loin

  • back-to-top