RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La petite monnaie électronique intègre les mobiles

Avec un premier restaurant universitaire équipé du dispositif Moneo depuis deux ans, les étudiants de Besançon sont habitués au porte-monnaie électronique. Ils vont pouvoir prolonger l'expérience d'une autre manière à partir du 1er octobre. Pendant trois mois, ils seront invités à tester le paiement avec la technologie sans contact intégrée dans un téléphone mobile. Ils n'ont pas besoin d'être déjà détenteurs d'une carte Moneo mais doivent être clients du Crédit agricole Franche-Comté, qui soutient le projet. Les restaurants universitaires, la piscine et la patinoire municipales, ainsi que divers commerces, comme les buralistes, les bars-tabac où les vendeurs de journaux, sont équipés pour accepter ce type de règlement. Comme pour le dispositif classique, les paiements sont plafonnés à 30 euros. Le but (pour les banques surtout, qui promeuvent le projet Moneo) étant de limiter la monnaie en circulation.

Cette fois, plus besoin de glisser une carte dans un lecteur, le paiement se fera en approchant le mobile d'un terminal. Et surtout, grande nouveauté, les utilisateurs pourront recharger leur porte-monnaie électronique directement de leur mobile, sans avoir à s'arrêter à une borne spéciale où il faut créditer la carte Moneo avec sa carte bancaire. Sur son téléphone, l'étudiant se connecte à la banque et saisit un code confidentiel qui lui permet de créditer Moneo. Les téléphones sont fournis par Nokia, des 6131 NFC, équipés d'une puce sans contact. « Les étudiants recevront un téléphone mobile équipés de la fonction Moneo. Un composant sécurisé est embarqué précise Olivier Méric, directeur général de BMS Moneo, le consortium chargé de déployer le système. Le dispositif est « multiopérateur » : s'il n'y a qu'un seul fournisseur de terminaux, les utilisateurs peuvent choisir (ou garder) leur opérateur mobile.

[OINet">dans l'appareil] sans être intégré dans la carte SIM », précise Olivier Méric, directeur général de BMS Moneo, le consortium chargé de déployer le système. Le dispositif est « multiopérateur » : s'il n'y a qu'un seul fournisseur de terminaux, les utilisateurs peuvent choisir (ou garder) leur opérateur mobile.

[OINet

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top