RTFlash

Avenir

Patrick Couvreur obtient le prix de l'inventeur européen 2013

Le chercheur Patrick Couvreur et son équipe de l'Université Paris-Sud/CNRS viennent de recevoir le 28 mai à Amsterdam le prix de l'inventeur européen 2013 pour leurs remarquables travaux portant sur l’ utilisation thérapeutique de nanoparticules en cancérologie.

Il y 36 ans, en 1977, un jeune chercheur belge travaillant à l'Ecole Polytechnique de Zurich, Patrick Couvreur, parvenait pour la première fois à encapsuler des médicaments dans des nano-particules biodégradables utilisables à des fins thérapeutiques.

Patrick Couvreur vint ensuite travailler à l'Université Paris-Sud et au CNRS et devint un acteur-clé dans le développement associé de la galénique (la forme individuelle sous laquelle sont agencés les principes actifs et les excipients qui constituent un médicament) et de la nanomédecine (terme générique qui désigne l'utilisation de différents types de "nanovecteurs" qui vont pouvoir transporter des molécules thérapeutiques et les acheminer exactement sur la cible à traiter.

L'encapsulation des médicaments à l'intérieur de minuscules capsules - 70 fois plus petites que les globules rouges et protégées par un revêtement biodégradable - permet de leur faire traverser sans encombre la circulation sanguine jusqu'à ce qu'ils atteignent leur lieu d'action. Cette approche permet, par rapport à la chimiothérapie classique, de limiter considérablement les atteintes aux tissus sains et autorise la délivrance de doses 10 fois plus importantes de médicament, ce qui accroît d'autant l'efficacité thérapeutique du traitement. En outre, la voie technique originale développée par Patrick Couvreur est la seule qui permette un taux d'encapsulation qui dépasse 50 %, contre environ 5 % pour les autres méthodes.

Actuellement, le cancer reste la première cause de mortalité dans le monde et la nanomédecine représente incontestablement une rupture thérapeutique majeure dans le traitement des cancers, surtout lorsque ceux-ci sont résistants aux chimiothérapies classiques.

Patrick Couvreur travaille à présent  sur la troisième génération de nanoparticules avec son équipe de recherche. Cette nouvelle génération de nanoparticules combine un anti-cancéreux, la gemcitabine, avec le lipide compact squalène, pour multiplier par dix l'efficacité anti-tumorale. Ce nouveau médicament subit actuellement les essais cliniques de phase III et devrait être autorisé par la FDA et les autorités règlementaires européennes en 2015.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

EPO

EPO

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top