RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Au palmarès des avancées scientifiques de 2013, l'immunothérapie se taille la part du Lion !

L'utilisation de l'immunothérapie pour combattre le cancer a été l'avancée scientifique la plus significative en 2013, selon le palmarès annuel des 10 découvertes les plus importantes de l'année publié le 20 décembre par la prestigieuse revue américaine Science.

L'éditorial de cette revue souligne que "La recherche sur le cancer a connu un véritable bouleversement cette année grâce aux avancées de l'immunothérapie qui, après des décennies de tâtonnements, a finalement révélé son potentiel thérapeutique".

Science souligne que plusieurs essais cliniques d'immunothérapie, mobilisant notamment les lymphocytes T pour qu'ils s'attaquent aux tumeurs, se sont avérés très prometteurs contre certaines formes graves de cancers. Cet éditorial plein d'optimisme évoque le cas de plusieurs patients qui ont été sauvés grâce à ces progrès spectaculaires de l'immunothérapie : une femme avec une métastase pulmonaire de la taille d'un pamplemousse, à la suite d'un mélanome, est toujours vivante 13 ans après la découverte de son cancer initial, un enfant de six ans, atteint d'une forme de leucémie presque toujours mortelle, est toujours en vie et en bonne santé depuis trois ans et enfin un homme, atteint d'un cancer du rein métastatique, dont la tumeur a continué à régresser, même longtemps après l'arrêt du traitement.

L'article insiste sur le fait qu'il s'agit bien d'une approche totalement nouvelle dans la manière de combattre le cancer puisqu'elle consiste à remobiliser le système immunitaire et à lui donner les informations nécessaires pour qu'il puisse combattre sélectivement et efficacement telle ou telle forme de cancer.

La prestigieuse revue rappelle que cette exaltante aventure scientifique et médicale a commencé il y a plus de 30 ans, avec les premières découvertes de l'immunologiste James Allison, à présent chercheur au Centre Anderson de Houston contre le cancer. Mais "Science" souligne également l'apport décisif des chercheurs français qui ont découvert, à la fin des années 80, les récepteurs sur les lymphocytes T qui désarment ces derniers et les empêchent d'attaquer et de détruire les cellules cancéreuses.

La revue rappelle qu'en 2006, des chercheurs japonais ont identifié un nouveau récepteur bloquant lui aussi la capacité des cellules immunitaires à combattre le cancer et qu'en 2011, des chercheurs américains sont parvenus à reprogrammer certains types de lymphocytes T afin qu'ils combattent efficacement une forme mortelle de leucémie.

L'article se termine en soulignant que cette révolution scientifique et thérapeutique ne fait que commencer et que le grand défi des années à venir sera de comprendre pourquoi ces nouveaux traitements très prometteurs fonctionnent très bien chez certains patients et pas du tout chez d'autres…

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Science

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top