RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

Un nouveau pas vers la fusion nucléaire

Un nouvel obstacle à la fusion nucléaire industrielle a été franchi en laboratoire. Des chercheurs ont annoncé avoir trouvé une solution pour éliminer un problème majeur : l'érosion des parois internes du réacteur par les neutrons de très haute énergie émis par la fusion. Actuellement, aucun matériau n'est capable de résister à ces particules, qui ne sont pas, non plus, arrêtées par les champs magnétiques. Pour éviter cet inconvénient, il suffirait de "perturber légèrement le champs magnétique" confinant le mélange gazeux de deutérium et de tritium porté à très haute température, le plasma, pour amener ce champs à devenir chaotique à ses extrémités.

Les chercheurs, travaillant sous la direction de Todd Evans, du General Atomics (San Diego, Californie) estiment que cela pourrait régler un obstacle rencontré par toutes les installations travaillant sur la fusion - les tokamaks -, tels qu'Iter (International thermonuclear experimental reactor). Les travaux ont été menés dans les installations du DIII-D National Fusion de General Atomics à San Diego, et plusieurs établissements y ont été associés, tels que l'Association Eutarom-CEA de Cadarache.

La température au sein de la chambre à plasma de Iter s'élèvera à plus de 100 millions de degrés, provoquant la fusion des ions et libérant une énergie colossale. Les particules de très haute énergie émises seront confinées par des champs magnétiques à l'intérieur d'une chambre dont les parois sont prévues avec des matériaux jusqu'à présent vulnérables. Le futur programme de recherche sur la fusion nucléaire contrôlée qui sera mené avec Iter pourrait représenter une solution de rechange à la fission nucléaire utilisée dans les centrales actuelles pour produire de l'énergie. Le réacteur expérimental Iter sera implanté à Cadarache, près de Marseille. Le projet, dont les partenaires sont l'Union européenne, les Etats-Unis, la Russie, le Japon, la Corée du sud et la Chine, représente un investissement de 10 milliards d'euros sur 40 ans.

GA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top