RTFlash

Matière

Multiplier par 10 la densité des circuits intégrés

Une équipe du Département de génie électrique et informatique de l'Université de Sherbrooke a mis au point un procédé qui permettra de multiplier par 10 la densité des circuits intégrés et d'atteindre dès maintenant les objectifs qui ont été fixés par l'industrie de la micro-électronique pour les dix prochaines années. Dirigée par le professeur-chercheur Jacques Beauvais, cette équipe apporte une solution aux problèmes de fabrication des masques, principal écueil associé au développement et à la mise en production des prochaines générations de semi-conducteurs en deçà de 100 nanomètres (un nanomètre représente un milliardième de mètre). À cette échelle, on pourrait transcrire l'ensemble du texte de la Bible sur une pièce de 10 cents. Cette technologie innovatrice créera un changement de paradigme dans l'industrie des semi-conducteurs et permettra de repousser encore plus loin les limites physiques de la miniaturisation des circuits intégrés, d'augmenter leur performance et de réduire leur coût. Depuis ses débuts, l'industrie de l'informatique a constamment réduit la taille des circuits intégrés que l'on retrouve dans les ordinateurs. Cependant, les techniques de miniaturisation employées jusqu'à maintenant ne seront bientôt plus en mesure de répondre aux exigences du marché. " D'ici cinq ans, l'industrie de la micro-électronique subira des changements majeurs au plan des méthodes utilisées pour fabriquer les circuits intégrés, a prédit le professeur Beauvais. L'expertise que nous avons développée en nanolithographie nous permettra de prendre cinq ans d'avance dans la résolution des problèmes auxquels l'industrie sera alors confrontée. " Le vice-recteur à la recherche de l'Université de Sherbrooke, Jean Nicolas rappelle que cette découverte, directement issue de la recherche fondamentale, illustre le niveau de performance atteint par les chercheurs de l'Université dans des domaines de haute technologie. " Ce sont des domaines dont la complexité et la spécialisation n'ont d'égal que leur potentiel d'exploitation industrielle ", a commenté le vice-recteur.

Agence Science-Presse : http://www.sciencepresse.qc.ca/kio/com76.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top