RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Un laboratoire sur puce pour un diagnostic moléculaire…

Les "laboratoires sur puce", qui consistent à intégrer sur une surface de quelques centimètres carrés toutes les étapes du diagnostic, de l’analyse de l’échantillon au rendu du résultat, arrivent en force en cancérologie. Un tel dispositif vient de faire ses preuves pour aider à l’identification de cancers du sein susceptibles de bénéficier d’une thérapie ciblée.

Pour déterminer quels patients bénéficieront spécifiquement de chacune de ces thérapies nouvelles, la mise au point de tests moléculaires fiables, rapides et économiques pour rechercher les anomalies ciblables dans les cellules tumorales est nécessaire.

Une nouvelle génération d’appareils d’analyse intègre de façon automatisée et rapide toutes les manipulations techniques nécessaires à la recherche des anomalies moléculaires. Les opérations analytiques sont effectuées au sein de micro-canaux (de l’ordre d'un dixième à un centième de millimètre) gravés dans la puce. Les échantillons et les produits nécessaires sont injectés et manipulés dans ces canaux par des micro-pompes, systèmes pneumatiques ultra-miniaturisés, ou des champs électriques.

En collaboration avec des médecins de l’Ensemble hospitalier de l’Institut Curie, les chercheurs ont donc adapté un de leurs systèmes pour rechercher les altérations HER2 qui conduisent à la prescription d’une thérapie ciblée, le trastuzumab, chez les patientes atteintes de cancer du sein.

"Nous avons développé un système microfludique et un protocole pour quantifier l’amplification dans les cellules tumorales d’un gène appelé HER2, en "comptant" à l’aide de marqueurs ADN fluorescents le nombre de copies de ce gène dans chaque cellule. Cette méthode a été validée dans des lignées cellulaires puis dans des échantillons cliniques", précise Stéphanie Descroix, chargée de recherche CNRS, auteure de ce travail.

Les résultats ont ensuite été comparés avec ceux obtenus avec les techniques utilisées en routine. "Ce laboratoire sur puce répond parfaitement aux besoins requis pour l’analyse de ce biomarqueur", ajoute la chercheuse. "Entièrement automatisé, il réduit d’un facteur 10 les consommables nécessaires."

Demain, ces laboratoires sur puce seront partout et permettront l'étude des molécules, le diagnostic médical et le dépistage des mutations.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

PJBD

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top