RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

L'UE se dote d'une agence de lutte contre la cybercriminalité

Les Quinze ont annoncé lundi la mise sur pied d'une Agence européenne de la sécurité de l'information et des réseaux, qui aura en charge la coordination de la lutte contre le piratage informatique sur des installations aussi stratégiques que la distribution d'eau et d'électricité. Cette agence européenne qui emploiera une trentaine d'experts aura pour tâche d'assurer l'échange rapide d'informations entre les quinze pays membres de l'UE lorsqu'un risque de cette sorte est détecté. "L'agence s'appuiera sur les efforts des Etats pour renforcer la sécurité des réseaux et de la circulation de l'information et pour accroître la capacité des pays membres de l'UE à prévenir et remédier à ces problèmes", a déclaré le commissaire européen chargé des Télécommunications Erkki Liikanen. De récentes attaques informatiques, comme celle du ver "SQL Slammer" ont ranimé l'attention des autorités sur les nuisances potentielles. Les attaques terroristes sont aussi de plus en plus prises en compte depuis les attentats du 11 septembre 2001. "Il n'y a pas de mécanisme efficace de réponse (dans l'UE)", a déclaré Liikanen. Cette nouveauté, qui repose largement sur une diffusion spontanée d'informations de la part des opérateurs publics et privés, ne va pas jusqu'à la mise en place d'une "cyberpolice" disposant du pouvoir de contraindre les sociétés à révéler lorsqu'elles ont été victimes de piratage. "Cela ne nous donne pas le pouvoir d'imposer la coopération", ajoute le commissaire, qui dit s'attendre à ce que les sociétés prennent l'initiative de diffuser ces informations dans la mesure où il va de leur intérêt d'élaborer rapidement une réponse efficace aux attaques informatiques. Mais, selon des sources du secteur, des entreprises ont évité de rendre publiques les attaques dont leurs systèmes avaient été victimes. Le fonctionnement de l'agence, qui entrera en activité en janvier 2004, devrait coûter à l'UE 24 millions d'euros pendant les cinq premières années, et neuf millions de plus lorsque l'Europe sera élargie à 25. Elle devra obtenir l'aval d'une majorité des Etats membres et du Parlement européen.

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/030210/85/31l6n.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top