RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

L'obésité dans le monde gagne du terrain et touche tous les pays

C'est une étude réalisée dans le cadre du symposium sur la pandémie d'obésité, organisé par l'American Association for the Advancement of Science (AAAS, Boston, EU), et présentée par l'anthropologue Marquisa LaVelle (Université de Rhode Island), qui relate la progression importante de personnes souffrant de problèmes liés à l'obésité dans le monde. Ayant récolté les données de nombreux pays, cette étude montre que les pays industrialisés comme aujourd'hui les pays en voie de développement, connaissent une avancée considérable de l'obésité. Les nouvelles habitudes comportementales qui poussent à se nourrir davantage tout en ayant moins de dépense physique, sont incriminées par les auteurs de l'étude. «Nous nous préparons à une avalanche de maladies chroniques à retardement

AAAS du 27-02-2002 : [http://www.aaas.org/news/">liées à l'obésité]», a alerté LaVelle, qui note par ailleurs une étude de l'OMS estimant que l'obésité a augmenté de 50% ces dix dernières années. Les auteurs de cette étude ont répertorié les données mondiales en matière d'obésité et ont trouvé que de 200 millions d'adultes et 22 millions d'enfants obèses en 1995, les chiffres en 2000 étaient passés à plus de 300 millions de personnes obèses à travers le monde. «Ce changement rapide ne peut être expliqué par des modifications génétiques de l'homme», disent les scientifiques, «car ce phénomène se passe trop rapidement et se répand trop vite». Les chercheurs pensent plutôt à un changement du style de vie brusque que connaissent les personnes dans les pays industrialisés ou émergents, avec pour corollaire l'apparition d'une puberté précoce des enfants, bien documentée maintenant par les études épidémiologiques. Pour expliquer la tendance à l'obésité parmi les pays pauvres, les auteurs mettent en avant l'adoption dans ces pays d'une nourriture industrielle associée à une diminution de l'activité physique, particulièrement chez les jeunes. «A mon avis», commente LaVelle, «nous devons repenser le problème de l'obésité dans un contexte environnemental, incluant une rétrospective bibliographique de l'alimentation scolaire et une révision des comportements vis à vis de l'activité physique qui devrait faire partie intégrante de la vie», a-t-elle conclu.

AAAS du 27-02-2002 : [http://www.aaas.org/news/

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top