RTFlash

L'intelligence artificielle optimise le trafic aérien

Lorsqu'un A380 atterrit sur l’une des pistes de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, il va générer une turbulence de sillage qui empêchera les autres avions de se poser pendant au moins 3 minutes. Si un Airbus A320, avec ses 67 tonnes, arrive juste derrière, il devra par mesure de sécurité attendre la dispersion de cette air turbulent pour amorcer sa descente finale. Une perte de temps qui génère des dizaines de millions d’euros de manque à gagner pour le transport aérien. Alors que si les contrôleurs du ciel avaient pu changer l’ordre d’atterrissage, le délai aurait été ramené à une minute.

« Le problème avec le système actuel de contrôle aérien, c’est que le contrôleur ne peut pas changer l’ordre dans lequel les avions doivent se poser car le système détecte les avions quand ils sont déjà en phase de descente, de sorte qu’il est trop tard », explique Amine Karray, diplômé de l’ENSEEIHT et co-fondateur d’InnovATM aux côtés de Stéphane Bascobert, diplômé de l’ENAC.

Tous deux issus du groupe Thales, l’un des leaders mondiaux des solutions de gestion du trafic aérien, les deux ingénieurs ont quitté l’électronicien de défense en 2014 pour concevoir un algorithme à base de sciences prédictives qui permettent de prendre en compte un avion au moins 90 minutes avant son arrivée, lorsqu’il est encore en croisière.

Les deux fondateurs n’en diront pas tellement plus sur ce que contient cet algorithme. Quoi qu’il en soit, grâce à cet outil, baptisé SkyKeeper, il est possible selon eux de prédire l’heure exacte d’arrivée d’un avion avec une marge d’erreur comprise entre une et deux minutes. Suffisant pour inverser l’ordre d’atterrissage de deux avions si besoin est. « Le point important c’est que l’outil d’aide à la décision permet de recalculer en permanence le séquençage des avions pour l’ensemble du trafic », ajoute Amine Karray.

L’outil a en tout cas séduit le groupe ADP qui vient de participer à une levée de fonds d’un million d’euros au travers de son fonds ADP Invest. D’autres applications de SkyKeeper concernent aussi la gestion optimisée des cycles atterrissage-décollage, où l’algorithme calcule au plus juste -en fonction du trafic aérien à un instant T- comment éviter le phénomène des files d’attente au décollage.

Par ailleurs, le système permet aussi de gérer ce qu’on appelle les conflits au sol, c’est à dire l’attribution des parkings. « Cela fonctionne un peu comme Waze, où les contrôleurs peuvent indiquer un trajet optimal à l’avion et éviter ainsi des temps de roulage trop élevés », ajoute Amine Karray.

Sur une grosse plate-forme comme Roissy (150 km de taxiway), il n’est pas rare que les contrôleurs prennent une marge de 20 minutes de roulage là où 10 minutes auraient suffi. Avec des conséquences importantes sur la consommation de carburant. Au final, l’outil permettrait d’augmenter de 40 % en moyenne la capacité horaire d’une piste, qui est comprise entre 35 et 45 avions par heure actuellement dans un aéroport international. 

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Industrie & Technologies

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Transformer toute surface en interface tactile…

    Transformer toute surface en interface tactile…

    Une jeune entreprise londonienne, HyperSurfaces, a mis au point une technologie qui s'affranchit des boutons physiques et écran tactile. Il est ainsi possible de transformer toute surface, dans ...

  • Un appareil photo sans objectif…

    Un appareil photo sans objectif…

    Depuis l’invention du sténopé puis des objectifs à lentilles, la photographie n’a jamais pu s'affranchir des contraintes imposées par les lois de l’optique. Une ...

  • Internet : vers la fin des mots de passe avec WebAuthn ?

    Internet : vers la fin des mots de passe avec WebAuthn ?

    Annoncé pour la première fois par le W3C et l’Alliance FIDO en novembre 2015, WebAuthn est maintenant une norme d’authentification qui ambitionne de remplacer le mot de passe pour sécuriser nos ...

Recommander cet article :

back-to-top