RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Espace

L'Europe se donne les moyens financiers de rester compétitive dans l'espace

Les crédits nécessaires pour assurer la garantie d'un accès indépendant de l'Europe à l'espace sur la période 2005-2009 ont été débloqués, ce qui garantit l'avenir de la filière Ariane et permet de préparer activement le développement des "lanceurs du futurs".Réunis en conseil, les Etats membres, après d'âpres négociations, ont pu surmonter leurs divergences et finaliser les souscriptions pour les trois projets décidés en mai dernier lors de la conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne, a-t-on appris jeudi au siège de l'ESA. "960 millions d'Euros ont été dégagés pour le programme EGAS (European Guaranteed Access to Space), soit 99,2% de ce que l'on souhaitait, ce qui permet largement de le démarrer", selon Franco Bonacina, le porte-parole de l'ESA.

La France jouera dans ce premier programme un rôle moteur en assurant plus de la moitié (55%) du financement d'EGAS, suivie par l'Allemagne 17,8%, l'Italie 9,6%, la Belgique 5,5%, l'Espagne 3,2%, la Suisse 2,8%, les Pays-Bas 1,6%, la Suède 1,1% et le Royaume Uni 0,3%. C'est la première fois que le Royaume Uni participe à Arianespace.

Cet accord remet sur les rails Arianespace, dans le cadre d'une restructuration du secteur des lanceurs : maintien de la compétitivité d'Ariane-5, qualification de la version lourde Ariane-5 ECA, accord sur la production de 30 lanceurs (soit 6 par an). Les 15 pays membres de l'ESA ont par ailleurs débloqué une enveloppe de 223 millions d'euros pour démarrer le programme Soyouz à Kourou (Guyane), pour lequel Arianespace ajoutera 121 millions d'euros.

Ce montant global de 344 millions d'euros comprend le développement d'une nouvelle version du Soyouz et la construction, au Centre Spatial Guyanais de Kourou, du pas de tir de Soyouz. Les travaux devraient durer deux ans pour un premier décollage en 2006. La France apportera 58% de l'investissement, l'Italie 8% (qui seront portés à 12% en juin), l'Allemagne 6%, la Belgique 6%, l'Espagne 3%, et la Suisse 2,5%. "Cela couvre 82,7 % des fonds nécessaires pour démarrer le programme", selon Franco Bonacina, qui a ajouté que la commission Européenne devrait ajouter 6,7%.

Un accord est également intervenu pour le programme des lanceurs du futurs FLPP (Future Launchers Preparation Program), avec le déblocage de 24 millions d'euros qui couvre complètement la première enveloppe demandée, selon le porte-parole de l'ESA. "Les décisions que les Etats membres de l'ESA ont adoptées mercredi à l'unanimité garantissent durablement l'accès de l'Europe à l'espace et donnent au vieux continent les moyens de répondre aux besoins de ses citoyens", selon un communiqué de la direction de l'ESA à Paris. "Une fois encore, lorsque l'avenir de l'Europe est en jeu, les Etats membres sont capables de trouver l'énergie pour surmonter les divergences et prendre les bonnes décisions au bon moment", s'est félicité Jean-Jacques Dordain, directeur général de l'ESA.

AFP :

http://fr.news.yahoo.com/040205/202/3mq19.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top