RTFlash

L'Europe à l'aube de la cyberdémocratie

Cyberdémocratie, démocratie électronique, démocratie en ligne, démocratie continue... Les expressions ne manquent pas pour désigner une réalité politique qui cherche encore ses marques. Avec 36 millions d'internautes en Europe selon une enquête du Computer Industry Almanac menée en février, élus, institutions, administrations et partis politiques ont compris qu'être présents sur le Web était devenu une nécessité. La campagne pour les élections européennes du 13 juin est à ce titre plus que révélatrice. Sur les vingt listes en lice en France, une quinzaine ont créé leur propre site, proposant les textes de leur programme, leur calendrier des meetings et, pour les plus novateurs, des bulletins de vote à imprimer, des tracts à envoyer par e-mail, voire des meetings en direct. " Les nouvelles technologies seront-elles utilisées uniquement pour multiplier les échanges entre les individus ou permettront-elles de construire de nouvelles identités collectives et des projets politiques soumis à débat public ? ", s'interrogeait en mars Patrice Martin-Lalande, coprésident du groupe de réflexion sur les nouvelles technologies à l'Assemblée nationale, lors de la première conférence parlementaire européenne sur le sujet. Plus d'une cinquantaine d'élus étrangers s'étaient alors déplacés pour présenter leurs avancées dans un domaine qui se construit par tâtonnements. La plupart évoquèrent une plus grande transparence. Mais si projets de loi ou comptes-rendus parlementaires sont édités sur les sites institutionnels, sont-ils pour autant lisibles ? Seul le Royaume-Uni réfléchit au moyen de rendre les textes compréhensibles par tous avec, notamment, la création d'une double version du site gouvernemental, dont l'une est destinée aux plus jeunes. En Allemagne, des chercheurs de l'université allemande d'Osnabrück travaillent à la mise au point d'un système de vote en réseau qui devrait fonctionner à titre expérimental en janvier 2000. Une série d'enquêtes devrait suivre pour déterminer le cadre juridique nécessaire afin que les cartes numériques remplacent un jour les bulletins de papier et que l'urne laisse sa place à l'ordinateur dans l'ensemble des pays de l'Union. En attendant, les Quinze multiplient les expériences locales de démocratie en ligne. Des villes telles que Villena en Espagne, Bologne en Italie ou Parthenay en France montrent l'exemple à suivre. Les deux premières mettent l'accent sur les moyens de faciliter les tâches administratives en permettant au quidam, par un intranet local ou grâce à l'emploi de la signature électronique, d'accomplir certaines formalités sans avoir à se déplacer. Parthenay, quant à elle, entend créer un véritable tissu social sur la Toile : les forums de discussion animés par les habitants de la cité permettent de débattre en ligne des enjeux locaux. Autant d'initiatives qui laissent penser que le Vieux Continent finira bien par tracer sa voie politique dans les méandres des nouvelles technologies.

Le Monde/8/06/99 http://www.lemonde.fr/article/0,2320,seq-2039-9712-MIA,00.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top