RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Edito : L'avenir tricote notre destin

Décidément, le futur prend beaucoup de coups ces temps-ci. Depuis bientôt deux ans, la bulle spéculative qui avait entouré le berceau de la nouvelle économie n'en finit pas de se dégonfler. Comme le veut la Loi de la Nature, ce furent les structures les plus fragiles, les plus faibles qui furent d'abord touchées. Ce sont ainsi des milliers et des milliers de petites « start-up » qui, dans un premier temps, disparurent dès la levée de la tempête, ces fragiles esquifs n'étant pas armés pour affronter le gros temps. Maintenant, le typhon secoue et met à mal les plus grosses structures. Toutes celles qui n'ont pas voulu voir la réalité et dont les capitaines ont été jusqu'à déformer les images sur leurs instruments de vigilance, se retrouvent en situation critique. Worldcom et Vivendi se retrouvent ainsi en première ligne. La vague de fond arrive sur leurs flancs et ces grands navires ne sont pas positionnés au mieux pour y faire face. Que ceux qui ont sciemment spéculé en Bourse en laissant croire que les arbres pouvaient monter jusqu'au ciel, en valorisant les entreprises dites de la nouvelle économie à des niveaux aberrants, soient aujourd'hui sanctionnés entre dans la normalité. Mais pour autant, il ne faut pas désespérer et jeter le bébé avec l'eau du bain. Pendant ce temps de déroute financière de ceux qui ont voulu s'enrichir trop rapidement, l'avenir continue imperturbablement à tricoter notre destin. Dans tous les laboratoires de recherche, dans toutes les entreprises de pointe du monde, les chercheurs, les ingénieurs, les techniciens continuent, sans relâche, à développer les process, les logiciels, les produits qui, demain, changeront notre vie. La Loi de Moore qui veut que les performances de nos machines de nouvelles technologies doublent tous les 18 mois continue, sans défaillance, à être respectée et ce n'est pas parce que des analystes financiers versatiles semblent douter que les computers ont ralenti leur progression géométrique. Ainsi, dans ces deux dernières années, alors que les valeurs boursières de certaines sociétés phares ont été divisées par 50 ou par 100, les fréquences des microprocesseurs qui animent les micro-ordinateurs que nous achetons en ces jours de juillet 2002 ont plus augmenté en ces deux dernières années, qu'elles ne l'avaient fait depuis l'origine de la micro-informatique en 1971. Ces vitesses de calcul étant à la base de tous les progrès dans tous les laboratoires du Monde, nos connaissances évoluent à un rythme soutenu et tout laisse à penser que le défi que s'est lancée l'humanité en l'an 2000 sera tenu. Ce défi veut que dans la prochaine décennie, l'Homme acquerra autant de connaissances qu'il n'avait su en acquérir avant l'an 2000 depuis l'origine des temps. Aussi, inexorablement, malgré les graves difficultés conjoncturelles auxquelles nous devons faire face, l'Humanité avance. Dans tous les domaines majeurs de la connaissance, les progrès sont constants et stupéfiants. Dans beaucoup de domaines-clés, la connaissance entre dans des champs d'avenir qui étaient encore insoupçonnés il y a quelques mois. Cela est aussi vrai dans la connaissance intime des mécanismes de la vie avec les cellules souches que dans les nanotechnologies et bien d'autres domaines que nous vous aidons, modestement, à mieux connaître, semaine après semaine, dans cette Lettre @RT-Flash. Aussi, ce n'est pas la valorisation virtuelle de l'activité humaine par les principales bourses du Monde qui doit, jour après jour, décider du moral de nos Peuples. Certes, tout doit être entrepris pour que ces marchés retrouvent la voie d'un progrès raisonné mais, au-dessus de tout cela, les responsables qui mènent notre Monde doivent aider leurs Peuples à retrouver l'espérance. Tout semble s'être déréglé depuis deux ans et cela a été amplifié par les terribles attentats du 11 septembre. Ne tombons pas dans la morosité car cela ne pourrait que revigorer le terrorisme qui sait fort bien que c'est dans leur moral que nos peuples sont maintenant les plus fragiles.

René TRÉGOUËT

Sénateur du Rhône

Noter cet article :

 

Recommander cet article :

back-to-top