RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

L'Allemagne se donne les moyens de son objectif de réduction de CO2

Le gouvernement allemand a approuvé une ambitieuse série de mesures pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre, se donnant ainsi les moyens de son objectif qui vise à réduire ces émissions de 40 % en 2020, par rapport à 1990. Ce programme, comprenant 14 projets de lois et décrets, prévoit de débloquer 500 millions d'euros par an dès 2009 pour favoriser le recours aux énergies renouvelables pour la production de chaleur dans les bâtiments anciens.

"L'Allemagne a l'ambition de montrer qu'un pays développé peut concilier croissance et protection du climat," a lancé le ministre de l'Environnnement Sigmar Gabriel, lors d'une conférence de presse commune avec son homologue chargé de l'Economie, Michael Glos."C'est à l'échelle mondiale le seul programme qui prévoit de mettre en pratique de manière si concrète les objectifs fixés. Nous espérons que d'autres suivront", a-t-il ajouté, alors que s'est ouvert lundi à Bali une conférence internationale décisive sur le climat. "L'idée est de trouver un équilibre entre exiger et encourager par des aides financières", a résumé M. Glos, pour qui rien ne sert d'imposer des mesures dont on ne peut contrôler l'application.

C'est le cas dans le bâtiment, où l'utilisation d'énergies renouvelables pour le chauffage et l'eau chaude sera subventionnée. Dans l'ancien, le gouvernement veut porter l'aide publique de 150 à 350 millions d'euros en 2008, avant de passer à 500 millions d'euros par an dès 2009. Dans le neuf, 14 % de l'énergie thermique devra être renouvelable. Une révision de la loi sur les énergies renouvelables doit permettre de viser d'ici à 2020 une part de 25 % à 30 % de ces dernières dans la production d'électricité, au lieu de l'objectif de 12% prévu jusqu'à présent.

Le gouvernement veut aussi doubler l'utilisation du système de chaleur et d'énergie combinées (CEC), à la forte efficacité énergétique. Sa part dans la production d'électricité doit passer de 12 % à 25 %.

Les centrales à charbon seront aussi contraintes de faire des efforts pour réduire leurs émissions de CO2 de 15 millions de tonnes d'ici à 2020. Le gouvernement veut aussi favoriser les économies d'électricité par la mise en place de critères de fabrication plus sévères pour les appareils et installations électriques. Dans le transport, la taxe sur les véhicules doit être fonction du taux de carbone émis et le niveau de pollution des voitures doit être mieux signalé au consommateur. Le développement des biocarburants sera en outre favorisé et le transport aérien intégré dans le commerce de CO2.

La chancelière allemande Angela Merkel a fait de la protection du climat son cheval de bataille, portant son pays à la tête de ce combat, avec une ambition inégalée de réduction de CO2: -40 % d'ici à 2020 par rapport à 1990, contre -20 % à -30 % pour l'Union européenne.

Romandie

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top