RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

L'alcoolisme s'apprend

Boire un petit coup est agréable mais prenons garde de ne pas habituer notre cerveau à l'alcool. Car il apprend très vite, surtout que la boisson agit spécifiquement dans les régions du cortex préfrontal et de l'hippocampe, des zones liées à la mémoire et aux fonctions mentales supérieures. Jusqu'à présent, personne ne connaissait l'impact précis de l'alcool sur le cerveau. Dans la revue Alcoholism clinical and experimental research, des scientifiques de l'université de Caroline du Nord ont découvert que cette substance inhibe le récepteur NMDA (N-methyl-D-aspartic acid). Cette protéine joue un rôle dans l'action du glutamate, capable d'augmenter l'activité cérébrale. « Une des particularités de l'alcoolisme et de la dépendance aux drogues est le phénomène d'accoutumance, explique un chercheur. Il pourrait y avoir un lien entre le fait de devenir alcoolique et développer, ou « apprendre », des comportements liés à l'alcool, rôle que pourrait jouer le récepteur NMDA. On peut comprendre cela si l'on admet que l'alcoolisme est une maladie mentale dont les bases sont neurobiologiques et non le fait d'une déprime ou d'un manque de volonté. »

Sciences&Avenir :

http://permanent.sciencesetavenir.com/sci_20011115.OBS0549.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top