RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

L’activité physique, même modérée, améliore nettement la survie pour tous les cancers !

Une nouvelle étude de grande ampleur, présentée au congrès annuel de l'American Association for Cancer Research (AACR), a montré que les patients cancéreux qui sont physiquement actifs à la fois avant et après leur traitement ont une survie améliorée de 40 % comparé à ceux qui sont sédentaires. Cette association positive entre l'activité physique et la mortalité a été observée sur huit types de cancer. Et ce, même après ajustements pour le sexe, le stade de la tumeur, le statut vis-à-vis du tabac et l'indice de masse corporelle (IMC).

« Même si une association significative n'a été constatée que pour seulement huit localisations tumorales, le risque relatif (RR) était inférieur à 1 pour quasiment toutes les localisations étudiées » a expliqué le Docteur Rikki Cannioto (Roswell Park Comprehensive Cancer Center, Buffalo, Etats-Unis), auteure principale de l’étude. « D'un point de vue pratique, il y a un bénéfice de survie pour tous les types de cancer » a-t-elle précisé.

L'amélioration de la survie a également été constatée chez les patients ayant débuté l’activité physique après le diagnostic. « Les patients qui n'avaient jamais fait d'exercice physique dans la décennie précédant le diagnostic, mais qui ont commencé au moment du diagnostic, ont une survie remarquablement augmentée de 25 à 28 %, comparé à ceux qui étaient restés inactifs » a-t-elle indiqué.

Pour cette étude, Rikki Cannioto et ses collègues ont étudié 5807 patients (54,8 % de femmes et 45,2 % d'hommes) suivis au Roswell Park Comprehensive Cancer Center entre 2003 et 2016. Les patients étaient atteints de différents types de cancer : vessie, sein, tête et cou, rein, foie, ovaires, pancréas, prostate, peau, colorectal, œsophage, endomètre, et des cancers hématologiques.

Parmi cette population, 25 % ont déclaré ne pas pratiquer une activité physique régulière avant le diagnostic et 42 % après le diagnostic. En regardant le statut vis-à-vis de l'activité physique habituelle, 52 % ont déclaré être habituellement actifs, 19% habituellement inactifs. 23 % ont rapporté une baisse d'activité après le diagnostic, 6 % une augmentation. Le meilleur avantage sur la survie a été observé chez les patients qui s'entraînaient 3 à 4 jours par semaine avant le diagnostic.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

NCBI

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top