RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Avenir

Un implant électrique au service des patients paralysés

Dans le cadre d'un programme mis en place à l’Institut Frazier, des chercheurs américains de l'Université de Louisville (Kentucky, Etats-Unis) sont parvenus, contre toute attente, à restaurer en partie les fonctions motrices chez quatre patients entièrement paralysés. Pour parvenir à ce résultat présenté dans la revue "Brain" du 8 avril, les chercheurs ont implanté à ces sujets des stimulateurs épiduraux qui envoient un courant électrique en continu, comme le ferait normalement le cerveau, dans la partie basse de la colonne vertébrale.

C'est en 2011 que ces essais ont commencé sur Rob Summers (âgé de 28 ans et paralysé à la suite d'un accident). Après l’intervention, il a récupéré une partie de sa fonction motrice. Les trois autres patients, implantés il y a quelques mois, ont également pu bouger leurs jambes immédiatement après l’activation du stimulateur.

Les chercheurs sont d'autant plus surpris de ces résultats que ces quatre patients souffraient de handicaps lourds et anciens. « Après nos travaux, l’idée longtemps admise selon laquelle aucune récupération n’est possible chez certaines personnes paralysées est sérieusement remise en question », estime le Professeur Susan Harkema, auteur de la première étude.

En outre, les améliorations constatées vont bien au-delà de la restauration de la fonction motrice et les chercheurs ont pu s'apercevoir que l'état général des participants s’est nettement amélioré, notamment en ce qui concerne la fonction cardio-vasculaire, la masse musculaire et la forme physique générale. C'est ainsi que Rob Summers a retrouvé l’usage de ses mains et le contrôle de sa vessie mais, selon lui, le plus extraordinaire est le retour de certaines sensations qu'il croyait perdues. "Je peux à nouveau sentir le chaud et le froid et le vent sur mes jambes et c'est pour moi inespéré" déclare-t-il…

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Brain

NIH

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top