RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

IBM met au point des processeurs autorégulés

Des composants électroniques qui s'autocontrôlent et ajustent leurs fonctions pour optimiser leurs performances et leur consommation, le tout sans intervention humaine, voilà ce que IBM cherche à élaborer grâce à une technologie baptisée "eFuse" (que nous traduirons par "fusible électronique"). "eFuse réorganise la logique du composant un peu à la manière du trafic autoroutier que l'on régule en ouvrant ou fermant de nouvelles voies d'accès", explique Bernard Meyerson, vice-président et responsable technologique de la branche Systèmes et Technologie chez IBM. Schématiquement, cette technologie combine programmes informatiques et microfusibles. eFuse permet par exemple à une puce d'adapter sa consommation électrique en fonction des besoins des logiciels, ou encore de prévenir les pannes. "Si la technologie détecte un dysfonctionnement de la puce à cause de circuits individuels qui travaillent trop vite ou trop lentement, , peut-on lire dans le communiqué d'IBM. Cette technologie de "métamorphose électronique" s'appuie sur le phénomène d'électromigration - la migration d'atomes soumis à un courant électrique dans un conducteur. "IBM a perfectionné une technique qui contrôle l'électromigration et l'utilise pour développer un fusible sans endommager le reste du composant", précise le communiqué. Autrement dit, IBM a réussi à maîtriser un phénomène électrique pour l'exploiter à des fins électroniques, une première dans l'industrie des semi-conducteurs.

VNUnet : [http://www.vnunet.fr/actualite/">eFuse] peut moduler l'activité de ces circuits en contrôlant localement le voltage", peut-on lire dans le communiqué d'IBM. Cette technologie de "métamorphose électronique" s'appuie sur le phénomène d'électromigration - la migration d'atomes soumis à un courant électrique dans un conducteur. "IBM a perfectionné une technique qui contrôle l'électromigration et l'utilise pour développer un fusible sans endommager le reste du composant", précise le communiqué. Autrement dit, IBM a réussi à maîtriser un phénomène électrique pour l'exploiter à des fins électroniques, une première dans l'industrie des semi-conducteurs.

VNUnet : [http://www.vnunet.fr/actualite/

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top