RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le haut débit issu de la fibre optique arrive chez les particuliers par antennes radio

Depuis 2004, la communauté urbaine d'Arras met son nez dans la couverture du territoire en Internet à haut débit, en construisant la boucle numérique. Un réseau radio la complète aujourd'hui. Avec un réseau de télécommunications en fibre optique, la communauté urbaine d'Arras et Arras Netwoks, la société qui l'exploite, visaient la desserte des treize zones d'activités du territoire.

Le 16 décembre 2005, soixante-quinze kilomètres de fibre étaient livrés pour une facture de 5,7 M E (4 M E par la CUA, et 1,7 M E par Vinci Networks à l'époque). « Trois ans après, nous sommes à 95 km de fibre, décrivent Frédéric Saison et Jean-Marc Dehooghe, d'Arras Networks. Le réseau s'enrichit régulièrement, au rythme de dix kilomètres par an et des raccordements clients finaux ».

Les clients finaux en question sont les entreprises, administrations ou hôpitaux, qui ne se relient cependant pas eux-mêmes à au réseau en fibre optique : c'est le métier d'opérateurs, qui ont candidaté pour « occuper » la boucle numérique. « On a un rôle capital, estime le directeur d'Arras Networks. On est là pour transporter tous les opérateurs dans la plus grande neutralité. Nous chiffrons la location de la fibre, identique pour tous. Il n'y a pas de débats, pas de de discussions. » À ce jour, treize opérateurs sont présents sur le marché de la boucle numérique arrageoise.

Laquelle trouve des prolongements avec la mise en service d'un réseau radio (par antennes), destiné notamment à arroser les secteurs périurbains et ruraux de la communauté urbaine. L'occasion aussi de résorber, d'après Frédéric Saison, des zones d'ombres, voire d'atteindre des entreprises en milieu rural. Des antennes, pour certaines raccordées directement à la boucle numérique, sont placées sur des points hauts.

Seize ont été installées sur des châteaux d'eau, immeubles ou églises : à Sainte-Catherine, Saint-Nicolas, Saint-Laurent-Blangy, Feuchy, Agny, Anzin-Saint-Aubin, Mercatel, Willerval, Bailleul-Sire-Berthoult, Wailly, Monchy-le-Preux, Athies, Neuville-Vitasse, Beaurains, Gavrelle, Arras (tour Voltaire) et Dainville (Archives départementales). L'opération, d'un coût de 798 000 E, a été supportée à 70 % par la communauté urbaine d'Arras et à 30 % par Arras Networks. Courant décembre, un des opérateurs radio a commencé à occuper le terrain, en diffusant dans les boîtes aux lettres ses offres commerciales destinées aux particuliers. La concurrence s'aiguise un peu plus...

VDN

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top