RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La Grande-Bretagne dévoile son plan ambitieux carbone

Le secrétaire à l'Énergie Ed Miliband a dévoilé le 15 juillet 2009 plan énergétique de lutte contre le réchauffement climatique de la Grande-Bretagne. Avec un budget de 100 milliards de livres sterling, le gouvernement prévoit de doubler la production d'électricité issue des énergies renouvelables à l'horizon 2020. Le secrétaire du Changement Climatique et de l'Énergie Ed Miliband a annoncé le plan énergétique grâce auquel la Grande-Bretagne compte respecter son objectif de réduction de 34 % de ses émissions de CO2 par rapport à 1990 (d'ici 2020) puis de 80 % à l'horizon 2050.

Pour atteindre ces objectifs, Ed Miliband a annoncé que 40 % de l'électricité produite en Grande-Bretagne serait issue des sources renouvelables, du nucléaire et du charbon propre en 2020. 15 % de cette électricité sera produite au moyen des énergies renouvelables. Quelque 7000 éoliennes vont être construites en mer comme sur terre dans les dix prochaines années avec un budget de 120 millions de livres pour le développement de l'éolien offshore et de 60 millions de livres pour les énergies marines. Le charbon deviendra propre grâce à un système de captage et de stockage de CO2 dont toutes les nouvelles centrales devront être équipées en 2020.

Si le plan ambitieux de la Grande-Bretagne devrait permettre la création de 1,2 million d'emplois, la facture énergétique des ménages augmentera sensiblement en raison de l'impressionnant budget nécessaire à la mise en place du plan qui s'élève à près de 100 milliards de livres sterling. Si une hausse de 8 % est prévue, le secrétaire chargé de l'Énergie a assuré que les ménages les plus modestes seraient protégés.

Le gouvernement compte toutefois mettre la population à contribution au moyen de subventions permettant aux particuliers de s'équiper de panneaux solaires. En 2020, 1,5 million de foyers devraient ainsi produire leur propre énergie. "Notre plan renforcera notre sécurité énergétique, il cherche à être juste pour les plus vulnérables, il saisit les opportunités industrielles et il s'élève au défi moral du changement climatique" insiste Ed Miliband. Un plan qui fait la part belle à l'éolien, avec la construction de 7 000 éoliennes sur terre et dans la mer dans les dix ans, et qui devrait créer plusieurs centaines de milliers d'emplois.

La part de l'énergie britannique issue de sources renouvelables devrait passer de 2 à 15 % dans les douze prochaines années. Pour encourager les foyers et les entreprises, un chèque sera reversé à ceux qui produisent leur propre énergie grâce à des panneaux solaires. Jamais un plan de réduction des émissions de carbone n'avait été aussi ambitieux en Grande-Bretagne et le secrétaire à l'Énergie a reçu un drôle de compliment de la part des conservateurs, à travers la voix du porte-parole du parti pour le dossier de l'énergie, Greg Clark : «Je me sens fier que Miliband recycle nos idées.»

Seulement, ce plan a un coût : 100 milliards de livres d'ici à 2020 pour construire les infrastructures. La facture du contribuable va bondir de 25 % pour le gaz et 17 % pour l'électricité. Une réforme devra au passage être mise en place pour ne pas contrecarrer un autre objectif du gouvernement : à savoir mettre un terme à la «Fuel Poverty». En effet, 5 millions de foyers les plus démunis doivent dépenser plus de 10 % de leurs revenus pour se chauffer ou s'éclairer et ne peuvent donc pas assumer une hausse de leur déjà très écrasante facture. La hausse pour le reste de la population sera donc plus élevée, pouvant dépasser les 200 livres (230 euros) par an.

«Les factures d'énergie vont devoir augmenter, que le gouvernement dépense ou non des millions dans l'énergie verte», se défend Ed Miliband à la BBC. «Soit on ne change rien, et on reste exposé aux variations des prix du pétrole, soit on développe un plan pour émettre moins de carbone, ce qui implique des coûts de transition.»

UK Gov

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top