RTFlash

La fusion d'Alcatel et de Lucent Technologies va donner naissance à un géant des télécoms

Alcatel et Lucent Technologies ont trouvé un accord le 2 avril 2006 pour entamer le processus de fusion des deux sociétés. Le montant de la transaction, qui s'opère par un échange d'actions, s'élève à 13,4 milliards de dollars. Principaux atouts à cette fusion : une complémentarité géographique très forte entre Alcatel, qui réalisait 42 % de son chiffre d'affaires en Europe de l'Ouest (chiffres 2004), et Lucent Technologies dont l'activité reste centrée sur les Etats-Unis où l'entreprise constituait 63 % de son chiffre d'affaires en 2005. La réunion des deux ensembles affiche un équilibre quasi-parfait en termes d'activité entre les différentes zones géographiques (1/3 en Europe, Amérique du Nord et Asie/Pacifique).

Le deuxième atout de cette fusion vient de la taille critique qu'offre désormais le nouvel équipementier. Il peut mieux répondre aux demandes des opérateurs télécoms internationaux qui eux-mêmes cherchent à se rapprocher, comme en témoigne les dernières opérations AT&T / Bellsouth, Verizon / MCI ou Sprint / Nextel... Le nouvel équipementier pèse désormais 30 milliards d'euros en capitalisation boursière pour un chiffre d'affaires annuel de 21 milliards d'euros.

L'opération retire un concurrent aux deux sociétés tout en leur offrant des économies potentielles liées aux synergies, à la mise au point d'une gamme de produits commune et à la mutualisation de ressources. Consécutivement à cette opération, la direction espère économiser 1,4 milliard d'euros par an et prévoit de supprimer 10 % de sa masse salariale, évaluée à 88 000 collaborateurs à travers le monde. Le nouvel ensemble emploiera 26 100 ingénieurs et dépensera près de 2,4 milliards d'euros en recherche et développement. Selon les termes de l'accord signé entre les deux parties, les actionnaires de Lucent recevront 0,2 titre Alcatel pour chaque action Lucent. A terme, ils détiendront ainsi 40 % du nouvel ensemble et partageront à égalité avec Alcatel les places au conseil d'administration. Le siège social du groupe sera basé à Paris mais dirigé par Patricia Russo, actuelle PDG de Lucent Technologies, qui prendra le titre de directrice générale à cette occasion. Serge Tchuruk, le PDG d'Alcatel, deviendra le président de la nouvelle entité.

La fusion doit cependant être encore validée par les autorités de régulation indépendantes. Un processus d'examen en cours qui ne rendra la fusion effective que d'ici 6 à 12 mois. A cette occasion, de nombreux problèmes seront débattus, notamment celui du financement des retraites des employés de Lucent Technologies ou encore les questions de sécurité nationale des projets télécoms d'Alcatel ou de Lucent.

Alcatel

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top