RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

TIC

France Télécom et ses concurrents dans le même bateau

France Telecom est cerné. À la grogne de ses concurrents, vient s'ajouter celle de l'Autorité de régulation des télécommunications (ART). L'autorité administrative vient de mettre à nouveau en demeure l'opérateur historique. Après la tarification, c'est maintenant l'accès aux salles de dégroupage qui pose problème. France Telecom (FT) devra désormais laisser ses concurrents installer leurs équipements dans ses centraux "dans les mêmes conditions et délais qu'elle traite ses propres besoins". Et si l'aménagement d'une salle supplémentaire est nécessaire, l'ancien monopole devra prendre à sa charge une partie du financement. Peut-être la fin des bâtons dans les roues et des "manoeuvres dilatoires" dénoncées par l'Association des opérateurs privés en télécommunications. Ces opérateurs demandent depuis quatre mois que le dégroupage avance enfin. Cette mesure technique consiste à sous-louer les derniers mètres du réseau de France Telecom pour accéder directement à l'abonné. Et ainsi lui offrir sur un plateau des communications locales - comme le fait Cegetel depuis le 1er mai - et des offres Internet haut débit (ADSL). Le conflit est d'importance : c'est la position dominante de France Telecom sur le marché national qui est en passe d'être grignotée. Et un enjeu de millions de francs en perspective. Mais pour accéder à cette boucle locale, les opérateurs doivent installer leurs matériels dans les centraux locaux de l'opérateur national. Un processus compliqué et aléatoire. Les premiers devis pour l'aménagement des salles de cohabitation n'ont été fournis par France Telecom qu'au début du mois de février 2001, alors que les premières intentions de commandes lui sont parvenues en octobre 2000. Entre le devis et l'installation de la salle, il faut un délai d'environ 6 mois à FT. Ce qui veut dire que les opérateurs ne vont pouvoir commencer à s'installer qu'en août 2001 au plus tôt. De son côté, FT a déjà installé ses équipements dans plus de 500 sites et en prévoit 1 400 à la fin de l'année. Autant d'éléments qui sont constitutifs, pour l'ART, de discriminations. FT doit donner sa position d'ici le jeudi 10 mai.

Transfert : http://www.transfert.net/fr/net_economie/article.cfm?

ART : http://www.art-telecom.fr/

Décision n° 01-377 du 26 avril 2001

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top