RTFlash

Matière

Une étiquette radio entièrement passive

Le constructeur Wiliot vient de présenter une nouvelle technologie, sous forme d'une étiquette Bluetoot passive, qui va concurrencer les puces NFC. Ces dernières sont capables de fournir des données, comme un numéro de série ou quelques informations sommaires (jusqu'à 8 kilooctets), en passant un lecteur dessus. Ces puces ne nécessitent aucune pile, et sont alimentées par le lecteur grâce à l'induction.

Dans leur fonctionnement le plus simple, les étiquettes Bluetooth de Wiliot remplissent le même rôle. En exploitant l'énergie contenue dans les ondes radio qui saturent l'environnement, ces petits appareils, à peine plus grands qu'un timbre-poste, fonctionnent sans pile ni alimentation de la part d'un lecteur.

L'étiquette est composée d'une antenne, imprimée sur une feuille de plastique ou papier, associée à un processeur ARM développé par la firme. Elle s'alimente en captant de l'énergie dans les signaux radio ambiants, comme le Wi-Fi, le Bluetooth ou les téléphones mobiles. Elle communique ensuite grâce à la technologie Bluetooth à basse consommation (BLE). Ces puces peuvent échanger des données avec n'importe quel appareil compatible avec la norme Bluetooth 4.0 ou plus récente, comme des smartphones ou des objets connectés. Il s'agit donc de versions miniaturisées des balises Bluetooth, parfaitement autonomes.

Le premier avantage majeur, par rapport à la technologie NFC, est la capacité de communiquer à distance, jusqu'à trois mètres. L'une des applications possible sera donc de retrouver plus facilement des objets perdus ou de faire l'inventaire dans un entrepôt. En plaçant régulièrement des récepteurs connectés en réseau, les entreprises pourront localiser la totalité de leur stock et détecter très facilement un objet mal répertorié.

Wiliot a également ajouté des capteurs de pression et de température sur ses étiquettes. Les objets signaleront ainsi, automatiquement, toute surchauffe, gel, ou problème avec leurs conditions de stockage. Le capteur de pression offre encore plus de possibilités. La firme imagine des boîtes de cachets ou d'aliments qui se commandent automatiquement dès qu'elles sont vides. Il est en mesure, également, de détecter si un objet a été soulevé, ce qui permettrait de savoir si l'on a bien pris son traitement.

Connecté au cloud, par exemple via une base spécialisée ou un hub de maison connectée, les données des capteurs pourront être traités en temps réel et permettre de nombreuses nouvelles applications. La technologie Wiliot devrait être disponible en 2020.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

The Verge

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Un transistor supraconducteur à haute température

    Un transistor supraconducteur à haute température

    On sait depuis plus de 60 ans que dans un matériau supraconducteur, la conductivité électrique se fait sans perte. Dans un matériau normal, la supraconductivité peut ...

  • L'ytterbium, la mémoire quantique de demain

    L'ytterbium, la mémoire quantique de demain

    La communication et la cryptographie quantiques sont l’avenir de la communication hautement sécurisée. Mais il reste à relever de nombreux défis avant la mise sur pied d’un réseau quantique mondial, ...

  • Que sera l’électronique de l’après silicium ?

    Edito : Que sera l’électronique de l’après silicium ?

    C’est peu de dire que l’invention du transistor en 1947 puis, dans son prolongement, celle du microprocesseur en 1971 compte parmi les ruptures technologiques les plus importantes de l’histoire de ...

Recommander cet article :

back-to-top