RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Aux Etats-Unis le Net continue à grignoter la télévision mais perd en crédibilité

L'Université californienne de Los Angeles (Ucla) vient de livrer son rapport annuel sur Internet et son usage dans les 70 % de foyers américains connectés au Net. Lancée au début du siècle, cette opération de veille permet de mieux saisir l'évolution du comportement vis-à-vis du Net. Et comme les internautes d'Outre-Atlantique ne sont pas très différents de leurs cousins européens, le tableau qui en ressort a de grande chance de refléter celui que devrait connaître le vieux continent dans les prochaines années. Chaque année depuis trois ans, une équipe de chercheurs de l'Ucla mène l'enquête auprès de 2 000 foyers représentatifs américains. Au programme, de multiples questions qui peuvent être regroupées en quatre grandes catégories : l'accès à Internet, Internet en tant que média d'information, l'effet de l'Internet sur le comportement social et la consommation via Internet. Pour sa troisième édition, l'analyse des réponses, rendue publique le 31 janvier dernier, pointe l'importance que prend peu à peu Internet en tant que média d'information, notamment par rapport à la télévision. Si l'internaute moyen passe globalement plus de son temps libre que le non-internaute à consulter les médias au sens large du terme (livres, magazines, radio), la télévision et la presse d'information papier gardent autant d'attrait pour l'un que pour l'autre. Mais 61% des internautes américains considèrent que le Net est devenu le média le plus important, devant le livre (60,3), les journaux (57,8) et... la télévision (50,2 %). Alors que les deux catégories reconnaissent de façon égale regarder la télévision, ils n'y consacrent pourtant pas le même nombre d'heures. Les utilisateurs d'Internet passent 4,8 heures de moins devant la télévision que les non-utilisateurs. Par ailleurs, les premiers montrent une tendance à la baisse du nombre d'heures dédiées à cette activité (12,3 heures en 2001 contre 11,2 heures en 2002). Pourtant, dans le même temps, le nombre d'utilisateurs déclarant que l'information sur Internet est très ou tout à fait pertinente est passé de 58 % en 2001 à 52,8% en 2002. Cette baisse sera-t-elle passagère ou révèle-t-elle un mouvement de fond de défiance vis-à-vis de l'information en ligne ? Rendez-vous dans un an pour le prochain rapport.

Rapport de l'UCLA : http://newsroom.ucla.edu/page.asp?id=3856

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top