RTFlash

Les drones militaire à atterrissage vertical arrivent !

La DARPA (Département de recherche de l'armée américaine) développe, en coopération avec Lockheed Martin, un drone de soutien polyvalent à décollage et atterrissage vertical.

Le transport d'équipement vers les zones de combat reste un véritable défi sur le plan logistique. Il faut en effet 45 tonnes d'équipement par semaine en moyenne pour approvisionner les postes de combats avancés et cet acheminement de matériel peut être complexe dans un contexte de conflit. Le transport par hélicoptère ne peut satisfaire ces besoins logistiques car il n'y a pas assez d'appareils disponibles et compte tenu de leur coût d'exploitation, ces appareils sont réservés en priorité à l'évacuation des blessés.

Le projet de la DARPA a été baptisé Ares (du nom du dieu grec de la guerre) et il repose sur l'utilisation de drones capables de décollage et d'atterrissage vertical. Ces appareils seront pilotés à distance depuis un téléphone ou une tablette. Ils utiliseront deux hélices capables de basculer sur elles-mêmes pour pouvoir décoller et atterrir sur une zone d'atterrissage d'une superficie deux fois moins importante que celle requise pour un hélicoptère de même taille.

Grâce à sa souplesse et à sa polyvalence, ce type de drone pourra s'adapter à différents types de missions : transport d'équipement, évacuation de blessés, surveillance aérienne ou reconnaissance. Sa charge utile devrait être d'environ 1 350 kg, soit 40 % de son poids brut au décollage.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Phys

Mail On Line

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Toyota en route vers le camion propre…

    Toyota en route vers le camion propre…

    Toyota vient de présenter un nouveau prototype de camion à hydrogène baptisé "Beta". Il possède une autonomie de 480 km contre 320 km pour le modèle précédent. Les ...

  • Volvo accélère sa course vers le camion autonome

    Volvo accélère sa course vers le camion autonome

    En septembre dernier, Volvo faisait sensation en présentant un prototype de tracteur routier autonome, à propulsion électrique, sans cabine, destiné aux courtes distances comme celles effectuées sur ...

  • Une voiture autonome adaptative

    Une voiture autonome adaptative

    A l'occasion du CES 2019, la grand-messe mondiale annuelle de la high tech à Las Vegas, le constructeur coréen Kia a présenté READ - Real-time Emotion Adaptive Driving Concept - ou bien Expérience ...

Recommander cet article :

  • J.T.

    23/06/2014

    Je rêve de cela en véhicule aérien individuel emprunté comme les vélib, connecté à tout son environnement pour éviter les autres drones volants et les obstacles, avec batteries à supercondensateurs capable de véhiculer l'engin rapidement d'une tour de recharge à une autre..., afin d'éviter les embouteillages sur Terre encore mieux que les bus chinois de ce genre !§><§!

    Mais, pour sûr, ce ne sera ni airbus ni "l'apéro-space-hiii-aille" qui oseront inventer cela, en France, esclave de ses TGV et de ses autoroutes... 'paix-hiii-hante' !

    A-t-on même tenté de développer des suspensions de voiture , ou des pistons de moteurs thermiques intégrant des capteurs piézoélectriques pour recharger ces supercondensateurs grâce aux pressions des secousses et va et vient ?
    Là, pourtant, il y a énormément d'énergie gaspillée !!!

  • AtomicBoy44

    21/07/2014

    @J.T

    Dassaut a montré récemment qu'il savait faire des drones autonome et capable de voler en formation avec des pilotes bien humains ceux là.

    Quand a Airbus, plus le temps passe, et moins cette entreprise est européenne, et encore moins française. Avec deux megastructures de construction d'avions en Chine et aux USA, c'est une multinationale comme bcp d'autres. Mis a part le fait que chez nous les liens avec l’industrie militaire n'étaient la première raison d'être de l'entreprise.
    L'origine restera bien française, mais pas plus.

    Vous êtes médisant sur nos chercheurs et nos ingénieurs, mais n'oubliez pas qu'ils sont encore formés ici en France, et si peu restent ici, ceux qui font ce choix (quand ils l'ont), travaillent très bien avec des moyens souvent limités.
    La seule chose que je vous accorde, est que les marketingeux étasuniens sont meilleurs. Les anglo-saxons en général savent mieux vendre que nous. Mais nous savons aussi bien inventer qu'eux et avec bcp moins de moyens !

  • back-to-top