RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Espace

Désintégration de la navette spatiale Columbia : les premiers éléments de l'enquête de la Nasa

les premiers éléments de l'enquête de la Nasa sur la catastrophe qui a coûté la vie, samedi 1er février, aux 7 astronautes de Columbia font état d'un échauffement anormal sur son flanc gauche, quelques minutes avant sa désintégration au-dessus du Texas. Les enquêteurs de la Nasa concentrent leurs efforts sur l'analyse de données conservées dans les ordinateurs sur le vol de Columbia, et en particulier plusieurs anomalies techniques peu avant sa désintégration. Ron Dittemore, le directeur du programme navette de la Nasa, a ainsi détaillé dimanche la séquence des évènements à bord dans les six minutes précédant la catastrophe. Les premières hausses de températures constatées par les contrôleurs de Houston sont survenues en quatre points du "circuit hydraulique du puits du train d'atterrissage gauche", a-t-il indiqué. La navette Columbia voyageait à plus de 26.400km/h en approchant de la côte californienne peu avant 9h heure locale. A ce moment-là, il n'y avait plus de communication avec les astronautes. Comme pour tout retour de l'espace, le commandant de la navette, Rick Husband, et son copilote, William McCool, avaient pris place sur les sièges de contrôle devant le pare-brise du cockpit, entouré d'instruments de contrôle sophistiqués, notamment des écrans d'ordinateur. Juste derrière, à la droite de McCool, se trouvait Laurel Clark, un médecin. Derrière les deux hommes, figurait l'astronaute Kalpana Chawla. Dans le petit compartiment situé sous le cockpit, étaient installés les trois autres astronautes, Michael Anderson, David Brown, et Ilan Ramon, le premier Israélien dans l'espace. La navette en pilotage automatique a entamé la première série de manoeuvres de virage afin de ralentir l'appareil lors de son entrée dans l'atmosphère. La première indication que quelque chose se passait mal à bord est survenue à 08H53 (heure de la côte est, 12H53 GMT), sept minutes avant que la navette se désintègre au-dessus du ciel texan. Dans la salle du centre de contrôle de Houston, les contrôleurs remarquaient soudainement la disparition sur leurs écrans des données télémétriques mesurant la température dans les moteurs hydrauliques de l'aile gauche de Columbia. Trois minutes plus tard, à 08H56, ils constataient un accroissement des températures sur le circuit hydraulique de freinage et de la roue dans le train d'atterrissage gauche. Deux minutes plus tard, à 08H58, l'inquiétude gagne les contrôleurs à Houston. Trois des capteurs de températures intégrés dans l'aile gauche de la navette sont dans le rouge, indiquant une brusque élévation de température du métal. La navette Columbia est en surchauffe dangereuse. Le "CapCom", Charles Hobaugh, le contrôleur de Houston, tente de communiquer avec le commandant de bord Rick Husband, qui confirme apparemment une hausse de la pression hydraulique sur le train d'atterrissage. Le "CapCom" tente à nouveau d'entrer en contact avec le commandant. "Columbia, ici Houston. Nous avons reçu vos messages sur la pression des pneus. Nous n'avons pas capté le dernier (message)... ". Le commandant de bord répond: "Bien reçu..." puis la communication est rompue. Il est 09H00, c'est le dernier mot de l'équipage. la navette atteignait alors la frontière entre le Nouveau-Mexique et le Texas à une altitude d'environ 64km et à une vitesse de 21.200km/h. La navette Columbia avait encore 2.250km à parcourir, soit 20 minutes de vol avant d'atteindre la zone d'atterrissage.

Ron Dittemore a mis en garde contre toute conclusion hâtive sur le fait que les premières anomalies sont dans le compartiment du train d'atterrissage gauche. La Nasa a révélé samedi qu'une pièce de mousse isolante très dense s'était détachée du réservoir central externe de Columbia 80 secondes après le décollage le 16 janvier dernier. Ce débris était venu frapper l'aile gauche de la navette. Mais Ron Dittemore a souligné dimanche qu'il ne pensait pas à ce stade que cet incident ait eu des conséquences structurelles "significatives" sur la navette, autrement dit que les tuiles du bouclier thermique aient été endommagées. Même si c'était le cas, a-t-il tenu à souligner, "la perte d'une tuile en soi ne signifierait pas la perte de la navette". Plus de 12000 débris de la navette spatiale Columbia, dont un casque de vol, ainsi que des restes humains ont déjà été retrouvés dans plusieurs comtés du Texas et en Louisiane. Aucune victime n'était signalée dimanche après la chute de ces débris, disséminés sur plus d'une centaine de kilomètres. Une pièce de la taille d'une voiture est tombée à Toledo Bend, à la frontière entre le Texas et la Louisiane, selon Tom Maddox, shérif du comté de Sabine. Par ailleurs, des restes humains ont été trouvés en deux endroits dans l'Etat du Texas, à l'est de la localité de Nacogdoches. A Hemphill, un membre du personnel hospitalier a fait état de la découverte de ce qui semblait être un torse humain carbonisé, un fémur et un crâne humains sur une route de campagne. Billy Smith, coordinateur des services locaux de secours, a confirmé l'information. "J'espère que personne ne verra ce que j'ai vu. C'était horrible", a-t-il déclaré". Le président américain George W. Bush a invoqué samedi soir les pouvoirs extraordinaires dont il est investi pour autoriser la FEMA (Federal Emergency Management Agency) à consacrer tous les fonds fédéraux nécessaires aux opérations de recherche et de ramassage des débris de la navette spatiale Columbia et au paiement des dépenses liées au drame dans les Etats de Louisiane et du Texas. Plus d'une dizaine de débris ont été découverts par les habitants de Nacogdoches, localité située à 217km au nord-est de Houston, au Texas: un barreau métallique avec des boulons argentés et une pièce métallique en forme de demi-lune, longue d'environ 1,50m et zébrée de brûlures, ont été retrouvés dans la cour de deux maisons. Une pièce métallique d'une trentaine de centimètres est passée à travers le toit d'un cabinet de dentiste, un réservoir d'environ un mètre de diamètre a atterri sur une piste de l'aéroport régional A.L. Mangham, une pièce métallique d'un mètre carré est tombée sur le parking d'une banque, une autre pièce de métal gris de 30cm de diamètre a été découverte devant le tribunal de la ville, tout comme un objet cylindrique d'un mètre cube environ sur des bâtiments de la Garde nationale et de la cendre sur une voiture. La population s'est rendue en grand nombre sur les lieux pour photographier les débris. Au sud de la ville, près de la frontière avec la Louisiane, un morceau semblant provenir d'un casque a été trouvé à Bronson. A l'ouest, une pièce incurvée en métal d'environ 1,50m est tombée au bord de l'autoroute 55 dans le comté d'Anderson et deux pièces rondes d'une soixantaine de centimètres de diamètre et de petits morceaux de tuile ont été retrouvés dans le comté de Cherokee. D'autres morceaux provenant apparemment de la navette ont été trouvés près de Neches (sur une route rurale, sur le parking et le toit d'une église baptiste), dans le comté d'Anderson (une pièce en forme de V sur une route au nord-est de Palestine, d'autre débris non-identifiés près de Pert), dans le comté Navarro (devant le lycée de Rice, des pièces portant des lettres et des chiffres peints au pochoir à Kerens), dans le comté de Henderson, et dans le comté Cherokee (un fragment ressemblant à une porte et un autre pouvant faire partie du bouclier de la navette). Des équipes de secours et de recherche ont aussitôt été mobilisées dans la région de Dallas et Fort Worth et la NASA a mis en garde la population, invitée à ne pas toucher les débris de la navette, en raison des produits toxiques qui se trouvaient à bord -notamment dans les réservoirs. La première division de cavalerie de l'armée a envoyé un hélicoptère des équipes de recherche et de sauvetage de Fort Hood, au Texas, pour participer aux recherches et récupérer les débris pour les besoins de l'enquête. Deux avions de combat F-16 de Fort Worth, au Texas, sont également mobilisés dans le cadre de ces opérations, a précisé le major Clay Church, le porte-parole de cette unité de l'armée. Des débris ont été retrouvés jusqu'en Louisiane, l'état voisin du Texas. De Washington, l'administrateur de la Nasa Sean O'Keefe a répété qu'une commission indépendante, dirigée par un ancien amiral, Harold Gehman, qui avait co-présidé une commission d'enquête sur le navire USS Cole, cible d'un attentat à Aden en octobre 2000, devrait déterminer les causes de la catastrophe.

NASA : http://www.nasa.gov/columbia/

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top