RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Dépistage du cancer du sein : la tomosynthèse fait mieux que la mammographie classique

Selon une étude rétrospective américaine, le dépistage par tomosynthèse, un procédé d'imagerie numérique en 3D à haute résolution, permettrait de détecter davantage de cancers du sein que la mammographie classique. La tomosynthèse est une technique de mammographie qui permet d'obtenir une image plus nette du sein que la mammographie classique en 2D. « La tomosynthèse calcule une projection 3D à partir de plusieurs images 2D acquises selon des angles différents. Cette technique est disponible depuis quelques années dans certains centres. Toutefois, elle n'est pas incluse dans le dépistage organisé, elle est donc utilisée en complément de la mammographie 2D. »

Au total, 96 269 femmes ont été incluses dans l'étude entre janvier 2011 et septembre 2014. Elles étaient âgées de 40 à 74 ans (en moyenne 55,9 ans) – en France, le dépistage organisé concerne les femmes de 50 à 74 ans. Parmi les 180 340 examens de dépistage réalisés, 71,7 % ont été faits par tomosynthèse et 28,3 % par mammographie classique.

Par rapport à la mammographie 2D, la tomosynthèse était associée à une meilleure spécificité, à un taux de détection de cancer plus important (odds ratio de 1,41) et à un taux de rappel moins important (OR 0,64), et ce quels que soient l'âge et la densité mammaire des femmes. De plus, la tomosynthèse a permis de détecter davantage de cancers invasifs de petite taille et sans atteinte ganglionnaire (73,7 versus 65,4 %). L'intérêt de la tomosynthèse était particulièrement marqué chez les femmes de 40 à 49 ans.

Les cancers détectés par la tomosynthèse étaient par ailleurs considérés comme étant de meilleur pronostic que ceux détectés par la mammographie classique (OR 2,28). Concernant le risque de surdiagnostic, la Doctoresse El Bejjani estime que « ce risque est largement contrebalancé par la diminution du taux de rappel et du taux de faux négatifs ».

Au vu de ces résultats, les auteurs estiment que le dépistage de routine par la tomosynthèse des femmes de 40 à 49 ans est associé à un rapport bénéfice-risque favorable. Cette étude qui confirme, sur un effectif de grande taille, des résultats déjà mis en évidence par des études précédentes et qui fournit ainsi un argument supplémentaire en faveur de la tomosynthèse. 

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

JAMA

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top