RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La cybermaison enfin habitable

Deux heures après les premières lueurs du jour, les volets roulants se lèvent, les alarmes se désactivent ; dans la salle de bains, le sèche-serviettes passe en préchauffage, l'eau dans la bouilloire commence à frémir. Le premier prototype français de maison communicante, « mam@isonnet », né d'un partenariat entre le fabricant de matériel Internet Cisco, le promoteur immobilier Kaufman & Broad et France Télécom, prépare le lever de ses habitants. Ils n'ont pas encore ouvert les yeux mais, la veille, ils ont programmé l'« ambiance réveil » sur la centrale de gestion. Avant de partir travailler, ils jetteront un coup d'oeil sur la météo et sur l'état des trafics routier et ferroviaire donnés par le Web. Depuis un écran placé sur un mur, à partir de n'importe quel ordinateur, d'un téléphone WAP ou d'un assistant numérique, de l'intérieur comme de l'extérieur, chaque membre de la famille peut accéder à la page d'accueil de l'intranet domestique grâce à un code personnel. A la vitesse d'un clic de souris ou d'une simple pression sur un écran, la « maison intelligente » se met entièrement à la disposition de ses occupants pour contrôler la température et la lumière de chaque pièce, s'assurer que le bébé dort paisiblement dans sa chambre, téléphoner et surfer simultanément depuis le jardin, activer le lave-linge à distance, accéder à un vidéoclub en ligne et à toutes les radios du monde, programmer le four... Parallèlement, l'ensemble du parc des mam@isonnet peut vivre à l'unisson par la commande « Village » de l'interface de contrôle ; on y passe des petites annonces, on recrute une baby-sitter ou on organise un covoiturage. Pour un peu, on comparerait Internet à une véritable petite place de village. L'intranet domestique permet aussi de piloter à distance sa maison et de tout faire fonctionner aussi simplement qu'avec une télécommande. Finis, les demi-tours précipités et les sempiternelles questions : « Toutes les lumières sont-elles éteintes ? Ai-je bien fermé la porte ou branché l'alarme ? » Dépassés, l'anxiété d'un cambriolage et les retours dans une maison glacée : ces données peuvent être vérifiées à des centaines de kilomètres de distance, depuis sa voiture ou depuis son bureau. A en croire les industriels concepteurs du projet, les trente maisons (situées à Etiolles, dans l'Essonne) ont été conçues pour « répondre aux attentes les plus récurrentes du grand public en termes d'habitat : le confort, la communication, la sécurité, l'économie et les loisirs. l'habitation dispose également d'un réseau de données sans fil. Cette technologie qui utilise les ondes radio pour communiquer permet aux utilisateurs de s'affranchir des fils reliant ordinairement les ordinateurs portables à Internet et de se déplacer avec webpad (sorte de cyberardoise magique) et ordinateurs dans toute la maison ou à proximité. L'apparence de ce prototype de maison familiale est plutôt traditionnelle. Pas d'architecture futuriste, de débauche de verre et d'acier, de constellation d'écrans, mais le classique salon cheminée-fauteuils-canapé. La maison est câblée, pas branchée techno. « Ce n'est pas une maison du futur, mais une maison pour aujourd'hui ! » précise Thierry Drilhon, directeur général de Cisco-France. Son prix : 2,5 millions de francs dont un surcoût de l'ordre de 3 % pour le câblage. A chacun d'ajouter ensuite les équipements souhaités. L'arrivée de ces nouvelles « maisons branchées » laisse présager un nouveau départ pour le secteur de la domotique. Le décollage des réseaux domestiques européens est en effet attendu pour cette année, grâce notamment à la généralisation des possibilités de communication à haut débit. Selon une étude du cabinet Basic, le marché européen est estimé à 5 milliards de francs en 2002 et à près de 13 milliards de francs pour 2005. Les maisons pourraient alors devenir aussi intelligentes, sinon plus, que les voitures largement informatisées et ouvertes sur l'extérieur. Une interrogation subsiste toutefois : ces techniques ne pousseront-elles pas les habitants à une sédentarisation accrue au sein d'un cocon numérique ? Un comble pour une maison communicante !

Expansion :

http://www.lexpansion.com/article_milieu.asp?id=1065&rub=4

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top