RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Création in vitro d'un virus de synthèse de la polio

La création in vitro d'un virus de synthèse de la poliomyélite par des chercheurs aux Etats-Unis, annoncée vendredi dans une revue scientifique, a été accueillie à Genève par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme une étape importante de la recherche. "C'est une étape extrêmement importante et un temps fort de la recherche, puisque c'est la première fois qu'un virus viable, dans ce cas celui de la polio, a pu être développé en dehors d'une cellule vivante", a déclaré Bruce Aylward, coordinateur du programme de l'OMS en vue de l'éradication du virus de la polio, au cours d'un point presse. Dans la revue Science, le groupe de chercheurs, dirigé par Eckard Wimmer, à l'origine de cette première, a notamment souligné que la possibilité de créer un virus de synthèse était un facteur important supplémentaire pour envisager de nouvelles stratégies dans la campagne pour l'éradication de la polio. Toutefois, selon M. Aylward, cette découverte ne devrait pas avoir de conséquences majeures sur le programme de l'OMS."Au fond, cela ne change ni l'évaluation des risques, ni les stratégies pour y faire face", a-t-il commenté. Les chercheurs de l'Etat de New York ont mis en garde contre l'utilisation possible d'un tel virus de synthèse comme arme bactériologique si la vaccination en masse s'interrompait et si l'immunité à la maladie était perdue."Il y a un long chemin à parcourir entre la création in vitro d'un virus et sa dissémination, intentionnellement ou non, dans la population", a estimé pour sa part Bruce Aylward.Soulignant que le virus de la polio était un virus relativement simple, il a estimé que la réalisation in vitro de celui de la variole, nettement plus sophistiqué, ne serait pas faisable en l'état actuel de la technologie."C'est comme si l'on disait: voilà, nous avons créé la roue, demain nous créerons la voiture ou même quelque chose de plus complexe comme le Concorde", a-t-il expliqué.

OMS : http://www.who.int/home-page/index.fr.shtml

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top