RTFlash

Contrôler son stress grâce à son smartphone

Une étude réalisée par des chercheurs du MIT a montré qu'un smartphone, sans contact direct avec l'utilisateur, pourrait suffire à détecter avec précision la respiration, les battements du cœur et le niveau de stress.

2,1 milliards de personnes possèdent un smartphone selon le cabinet Strategy Analytics, soit 37 % de la population mondiale. D'où l'intérêt de recueillir des données sur le pouls ou la respiration grâce au smartphone et sans nécessairement qu'il soit en contact avec la personne.

Dans cette étude, intitulée BioPhone, ces scientifiques ont développé une méthode moins envahissante grâce à laquelle un simple smartphone glissé dans une poche ou un sac suffira à enregistrer avec fiabilité ces données liées à la santé du sujet.

Javier Hernandez, scientifique au Media Lab du MIT et auteur principal de l'étude, explique que ces données seront recueillies quand l'utilisateur ne sera pas en mouvement : plus facile alors de déceler les petites vibrations. Idéalement, cela permettra également de savoir si la personne est stressée pour l'aider à se détendre. Pour cela, le smartphone proposera des exercices de respiration ou pourra demander à un proche d'appeler.

Des défis restent néanmoins à relever d’après le chercheur. Les scientifiques doivent encore trouver le moyen d’ajuster les mesures en fonction de l’endroit où se trouve le smartphone : la détection des signaux biologiques n’est pas la même lorsqu’il est placé dans une poche de pantalon ou à l'intérieur d’une veste de costume. En général, plus le téléphone est loin du coeur et plus il est difficile d’avoir une lecture parfaite des pulsations.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

MIT

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • GlucoMe prend en charge à distance les diabétiques

    GlucoMe prend en charge à distance les diabétiques

    Fondée par Dov Moran, l’inventeur de la clé USB, la société GlucoMe a développé un système digital complet d'’assistance aux diabétiques. Le patient relève lui-même son taux d'insuline grâce à un ...

Recommander cet article :

back-to-top