RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Conférence internationale d'Exeter : le changement climatique a déjà commencé

La complexe machine climatique a déjà commencé à se dérégler sous l'effet des gaz à effet de serre relâchés par l'homme dans l'atmosphère. Tel est le message délivré par les experts réunis mardi 1er février à l'ouverture de la conférence scientifique internationale sur le climat. Il n'y a plus aucun doute que le climat de la planète change", a martelé le président de la conférence, Dennis Tirpak, devant une centaine de scientifiques réunis pour cette conférence internationale au siège de l'Office météorologique britannique, à Exeter (sud-ouest). "Neuf des dix dernières années se sont révélées les plus chaudes depuis le début des relevés météorologiques en 1861", a-t-il précisé. Il a pointé les effets dévastateurs de la canicule qui a frappé l'Europe en août 2003, provoquant près de 30 000 morts et 30 milliards de dollars (23 milliards d'euros) de dégâts.

"Depuis les années 1970, le changement climatique a accru la fréquence et l'intensité des épisodes de sécheresse", a-t-il remarqué. "Les écosystèmes terrestres et marins sont modifiés, avec des conséquences difficiles à prédire", ajoute-t-il. En Asie, "la répétition des inondations et sécheresses est déjà visible", a estimé Rajendra Pachauri, président du groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC), qui travaille sous l'égide de l'ONU.

La fonte de la glace de l'Antarctique est responsable d'au moins 15 % de l'élévation de 2 mm du niveau de la mer par an induit par le réchauffement climatique, selon le scientifique britannique Chris Rapley. Toutefois, l'impact du réchauffement climatique est loin d'être uniforme : une partie de l'Antarctique connaît actuellement une baisse de température, selon les experts. Le niveau moyen des océans a déjà augmenté de 10 à 20 cm en un siècle et devrait s'élever d'ici à 2100 de 9 à 88 cm, du fait de la hausse de la température et de la fonte des glaciers et calottes glaciaires, selon le GIEC. La fonte possible du Groenland inquiète beaucoup les experts. Certaines régions côtières commencent déjà à fondre, et une hausse locale de température de 2,7 degrés entraînerait une fonte massive de la couche de glace.

La fonte totale du Groenland se traduirait par une hausse de 7 mètres du niveau des océans, sur plusieurs siècles. "Il est fort possible que le point de bascule intervienne dans les tout prochains siècles", a estimé Jason Lowe du Centre Peter Hadley sur le climat. Même si l'homme parvenait à stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère, le niveau de la mer continuerait de monter "pendant plus de 1 000 ans", remarque-t-il. Les experts du GIEC prévoient une hausse de 1,4 à 5,8 degrés de la température moyenne à la surface de la Terre d'ici la fin du siècle, sous l'effet des gaz libérés dans l'atmosphère par les activités humaines, principalement le CO2 (gaz carbonique) relâché par les énergies fossiles telles que le charbon, le pétrole et le gaz.

BBC

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top