RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Vivant

Comprendre les facteurs génétiques de l'agressivité du cancer du pancréas

Selon des recherches menée par des chercheurs de la Vanderbilt University (Tennessee) en collaboration avec le Memorial Sloan Kettring Cancer Center et la Johns Hopkins University, le cancer du pancréas changerait de métabolisme au stade métastatique par rapport au primitif, ce qui expliquerait le caractère très agressif de ces tumeurs.

Ces travaux dirigés par le Professeur Oliver McDonald montrent que le mécanisme à l'œuvre dans la progression du cancer métastatique n'est pas le fait d'une accumulation de mutations génétiques,- comme c'est le cas pour le primitif -, mais d'une reprogrammation massive épigénétique, dont un métabolisme augmenté.

En analysant les biopsies de patients, les chercheurs ont constaté de très nombreux changements épigénétiques au sein des métastases par rapport au primitif et à la carcinose péritonéale, cette forme localisée intra-abdominale qui ne passe pas par une dissémination par voie sanguine. « Le plus gros de l'épigénome est reprogrammé juste au moment du stade métastatique », souligne Oliver McDonald.

En étudiant de plus près la reprogrammation sur le plan métabolique, les chercheurs ont découvert que les métastases consomment de plus grosses quantités de glucose et les destinent à alimenter la voie alternative des pentoses phosphates. Une enzyme en particulier, - la déhydrogénase phosphogluconate (PGD) -, s'est révélée être centrale, puisqu'elle transforme le glucose en métabolites directement utilisables pour la croissance tumorale.

Une piste thérapeutique se profile via l'inhibition de cette enzyme clef,- génétiquement ou pharmacologiquement -, ce qui, in vitro, a permis d'annuler l'ensemble de la reprogrammation épigénétique et des changements de l'expression génétique tumorale, sans altérer les cellules normales ou péritonéales. L'équipe est d'ores et déjà en train de développer des inhibiteurs de PGD plus sélectifs et plus puissants à tester en préclinique.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Eurekalert

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top