RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

La collecte des déchets par aspiration pneumatique débarque en Ile-de-France

Le bruit incessant des camions-poubelles ? Bientôt fini ! Les embouteillages qu'ils occasionnent ? Bientôt fini ! Les odeurs nauséabondes à proximité des containers à ordures ? Bientôt de l'histoire ancienne ! Place à une collecte des déchets sans bruit, sans odeurs et sans nuisance d'aucune sorte ! Pour l'instant strictement limitée à quelques villes, la collecte des déchets par aspiration pneumatique devrait voir le jour en région parisienne dès l'année prochaine. Prévu pour fin 2010 à Romainville et aux Lilas (93), ce système révolutionnaire a pris un peu de retard. La révolution attendra !

Déjà en place à Grenoble, mais aussi à Stockholm, Séville, Barcelone et Monaco, la collecte par aspiration offre donc de nombreux avantages. Tant pour l'environnement que pour l'humain. Les poubelles et autres containers qui défigurent nos cités pourraient donc être remplacés par des bornes plus discrètes et parfois même installées dans les immeubles.

Une fois par jour, le soir, quand l'électricité est la moins chère, les déchets ménagers ainsi que les journaux et les magazines sont aspirés et tractés, à travers des tuyaux, jusqu'au centre de tri. Compactés, ils pourront ensuite subir différents traitements : soit valorisés en chaleur ou en électricité, soit recyclés en compost pour l'agriculture, soit évacués par train.

Les communes de Romainville et des Lilas, en région parisienne, se sont offert le système, en partageant les frais. Si la première devrait être dotée des fameuses bornes dès 2011, les Lilas ne seront raccordés qu'en 2013. Idem pour le quartier des Batignolles, en plein coeur du 17e arrondissement de Paris. Si, pour l'heure, d'autres villes n'ont pas exprimé le souhait de mettre en place une collecte pneumatique des déchets, c'est probablement en raison de son prix... élevé. Dans les deux communes de Seine-Saint-Denis, le projet coûte la bagatelle de 11 millions d'euros, avec une prise en charge de l'Agence nationale de renouvellement urbain à hauteur de 15 %, du fonds européen Feder à hauteur de 23 % et de la Région à hauteur de 10 %.

Si ce type de collecte des ordures évitera donc de nombreux désagréments aux riverains, il permettra également d'économiser des tonnes d'équivalent carbone. En Ile-de-France, la Région prévoit la suppression de quatre passages de camions poubelles par semaine, soit une réduction de 62 à 16,4 tonnes d'équivalent CO2.

Développement durable

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top