RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Climat : le Plan national d'adaptation disponible et applicable en juin 2011

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie, a présenté les conclusions de la consultation sur l'élaboration du PNACC (Plan National d'Adaptation au Changement Climatique), ainsi que les prochaines étapes. Il s'agit d'aboutir, d'ici juin 2011, à des mesures concrètes et immédiatement applicables.

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement, il s'agit maintenant d'élaborer le plus rapidement possible le PNACC. "Le calendrier est très dense", indique la ministre, précisant que le PNACC doit être validé au printemps 2011. Si le calendrier est respecté, le document devrait être présenté aux acteurs en mai 2011, avant une diffusion publique en juin.

Par ailleurs, elle a insisté sur le fait que la mise en place d'une stratégie nationale d'adaptation n'est "ni un sujet défensif, ni un renoncement à la réduction des émissions de gaz à effet de serre." De même, elle a regretté qu'il y ait "encore des confusions entre l'adaptation et les réductions des émissions".

Concrètement le PNACC constitue un "exercice exigeant" qui devra déboucher sur des propositions directement applicables. Il s'agit tout d'abord de mettre en oeuvre une "juste adaptation", ni trop faible, ni trop importante, même si une révision quinquennale est prévue afin d'affiner certaines orientations.

De même, les propositions devront concilier un regard transversal traitant de l'ensemble des sujets avec une approche nécessairement locale. Enfin, le PNACC doit aussi prendre en compte la réduction des inégalités sociales et économiques face aux impacts des changements climatiques. La ministre a reconnu que ces différents axes de travail constituaient "des principes forts mais difficiles à concilier." Cela d'autant plus que le Plan qui sera publié mi 2011 sera à application immédiate...

Quant à l'aspect formel du PNACC, le ministère s'est fixé pour objectif d'établir une vingtaine de "fiches projets" élaborées à partir des scénarii formulés par Jean Jouzel, le climatologue et membre du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC). Pierre-Franck Chevet, directeur général de l'énergie et du climat au ministère de l'écologie, pilotera pour sa part l'élaboration du Plan.

Le Giec estime que, à l'horizon 2100, la terre se sera réchauffée en moyenne entre 1,1 et 6,4°C. En France, les modèles établis par Météo-France évaluent ce réchauffement entre + 0,8°C et + 1,8°C en 2050 et + 1,5°C et 4,1°C en 2100. "Il y a une réflexion sur l'élévation du niveau de la mer dans certaines régions", a rappelé Jean Jouzel, pointant "la fragilité de certaines régions côtières" soulignée notamment par la tempête Xynthia début 2010.

Le problème du "partage des ressources en eau" pourrait également devenir sensible, "parce qu'on craint, par exemple dans le sud de la France, qu'il y ait moins de précipitations", a-t-il relevé, évoquant aussi une adaptation nécessaire dans les villes et dans l'agriculture face au changement climatique.

Un premier point épineux sera le partage des responsabilités entre les acteurs privés et les acteurs publics. À qui reviendra la mise en oeuvre et le financement de telle ou telle mesure ? De la même manière la répartition des rôles entre l'Etat et les collectivités territoriales s'annonce délicate.

En effet, si le Plan est élaboré au niveau national, il contiendra de nombreuses mesures dont la portée est locale et qui devront être mises en oeuvre par des collectivités territoriales. La question de l'application est d'autant plus complexe que les régions sont elles aussi invitées, depuis l'adoption des lois Grenelle, à rédiger leur propre Schéma régional du climat, de l'air et de l'énergie (SRCAE) qui contient déjà des volets sur la vulnérabilité et l'adaptation.

S'agissant des moyens financiers nécessaires à la mise en oeuvre du PNACC, Nathalie Kosciusko-Morizet n'a pas donné de détails, considérant qu'il est délicat de chiffrer a priori le coût de l'adaptation aux impacts des changements climatiques.

DD

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top