RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Climat : les États-Unis acceptent le principe d'un accord contraignant sur le climat

«Les États-Unis sont prêts à intégrer un accord international contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans lequel toutes les grandes économies prendraient des engagements similaires», a déclaré le 25 février Daniel Price, conseiller du président George W. Bush pour les affaires économiques internationales.

Ce dernier a même laissé entendre qu'un tel accord sur un objectif de réduction à long terme pourrait aboutir «en marge» du G8, qui aura lieu début juillet à Hokkaïdo, au Japon. «C'est très frustrant d'entendre en permanence que les États-Unis préfèrent des engagements volontaires. Je veux le dire clairement : ce n'est tout simplement pas vrai» , a poursuivi Daniel Price.

Il s'agit d'une véritable inflexion dans la position américaine, les États-Unis s'étant toujours refusés à signer un engagement contraignant. Il reste que Washington n'affiche toujours aucun objectif chiffré. Et pose toujours la même condition : «L'engagement des seuls pays industrialisés est insuffisant. Pour être économiquement soutenable, un tel accord doit être soutenu par tout le monde» , en faisant allusion aux pays émergents. Et James Connaughton, conseiller environnement de George W. Bush, de rappeler le rôle de la Chine dans la pollution.

Aussi la Maison-Blanche privilégie-t-elle deux axes : la recherche sur les technologies propres et les accords sectoriels de réduction d'émission. Et de citer en exemple l'accord conclu en septembre entre les États-Unis, la Chine et l'Inde pour réduire les fluides frigorigènes (HCFC). Ou encore la proposition conjointe de l'Europe et des États-Unis pour réduire les tarifs douaniers sur 43 technologies propres.

Ce changement de position des Etats-Unis a été révélé à l'occasion d'une réunion du Major Economic Meetings ( MEM), lancé au sommet du G8 de Heiligendamm en juin dernier par George W. Bush. Ce processus, qui s'inscrit en complément des négociations de l'ONU, vise à faciliter un accord mondial sur la lutte contre le changement climatique, en réunissant autour d'une même table les seize plus grands pollueurs de la planète (G8 plus Chine, Inde, Brésil...), qui représentent 80 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Daniel Price a par ailleurs souligné que les Etats-Unis allaient accentuer leurs efforts contre le réchauffement climatique en réduisant globalement de 15 % la consommation américaine d'énergie fossile et en multipliant par 5 la production d'énergies renouvelables d'ici 2022.

Physorg

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top