RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Des chirurgiens veulent faire une greffe de visage

Plusieurs équipes de chirurgiens dont une française veulent faire une greffe du visage et le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) français discrètement interrogé en 2002, devrait rendre public son avis à ce sujet le 2 mars.Le CCNE vient en effet d'indiquer qu'il se prononcerait à cette date sur "l'allotransplantation de tissu composite (ATC) au niveau de la face (greffe totale ou partielle d'un visage)", autrement dit la transplantation de tissus divers (os, muscles, nerfs, vaisseaux, peau...) provenant d'un donneur. Après la transplantation des deux mains, de la mâchoire, des chirurgiens, envisagent en effet sérieusement de s'attaquer à la face : en clair, de donner à une personne gravement défiguré le visage d'un autre.

L'idée a été franchement mise sur la place publique en juillet dernier dans la revue médicale britannique The Lancet dans un article cosigné par le chirurgien britannique Paul Butler. Egalement prête à s'engager dans cette nouvelle voie une équipe de l'hôpital Henri-Mondor (Créteil, Val-de-Marne). Cette transplantation s'adresserait à ceux dont le visage gravement mutilé ne pourrait être réparé à l'aide d'éléments pris sur leur propre corps (auto-transplantation). Laurent Lantieri d'Henri Mondor vient même de cibler un candidat receveur "intéressé" parmi une dizaine de grands mutilés du visage et envisage d'entamer "dans les prochains mois", en partenariat avec l'Établissement français des greffes, une étude clinique comprenant cinq transplantations de face, précise mardi Le Figaro dans un long développement sur cette greffe d'un genre nouveau, car s'approprier la face d'un autre n'est pas évident, même si la réparation n'aboutira probablement pas à donner au malade exactement l'allure du mort.

Autre problème, il faudra couvrir par un masque acceptable le défunt donneur. Sans compter les risques de rejet et, à plus long terme, les craintes concernant des risques de cancérisation liés aux traitements immunosuppresseurs.

AFP :

http://fr.news.yahoo.com/040217/202/3nejb.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top