RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

change la technologie à l'organisation des entreprises ?

Si les technologies facilitent grandement la circulation de l'information et les échanges virtuels, la fin de la « réunionite » aiguë n'est pas pour demain, révèle l'Observatoire de l'e-management (structure de recherche copilotée par l'Université Paris-Dauphine et la Cegos). 86 % des 3 200 salariés interrogés (stagiaires de la Cegos) indiquent que l'implantation des nouvelles technologies n'a pas réduit le nombre de réunions dans leur entreprise. Ni fluidifié ou aplani les relations hiérarchiques : dans près de 59 % des 514 sociétés de plus de 50 salariés consultées, le nombre de niveaux hiérarchiques n'a pas diminué, et le partage des connaissances en ligne (knowledge management) n'existe que dans moins de 20 % des cas. L'enseignant rappelle donc opportunément la nécessité d'éduquer le plus grand nombre à la révolution technologique. De fait, si 57 % des entreprises sont équipées d'un progiciel de gestion intégré, seuls 23 % des salariés le savent ! Des collaborateurs cependant très branchés : 99 % d'entre eux disposent d'un ordinateur de bureau, plus de 92 % ont une adresse de courrier électronique et 71 % un téléphone portable. « C'est la bonne surprise de l'étude, note Michel Kalika. Les entreprises s'équipent à toute vitesse. » Mais la fracture numérique existe aussi en leur sein. Si 64 % des cadres supérieurs sont dotés d'un ordinateur portable, seuls 7 % des employés et 13 % des techniciens ont accès à ce type de matériel. De même, l'agenda numérique personnel concerne 27 % des cadres, contre moins de 10 % des employés. « Il y a un lien incontestable entre hiérarchie et degré d'utilisation des technologies, constate Michel Kalika. Les agents de maîtrise vivent davantage les nouvelles technologies avec angoisse que les cadres. »Dernier enseignement de l'étude, et non des moindres : les salariés sont moins submergés par leur courrier électronique et leurs appels téléphoniques que la rumeur ne le prétend : quatre salariés sur cinq reçoivent moins de 20 e-mails par jour, et 60 % moins de cinq appels quotidiens sur leur portable professionnel. L'entreprise numérique serait-elle plus humaine que prévu ?

OINet : http://www.01net.com/actus

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top