RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

TIC

Le cap du térabit/s sur fibre optique est franchi !

Un nouveau record vient d’être franchi en matière de de transfert de données au sein d’une fibre optique. Des chercheurs de l’unité Optical Network Group au sein de l’University College London (UCL) ont annoncé avoir atteint un taux de 1,125 Tbit/s (térabit par seconde) ou 1 125 Gbit/s sur une seule fibre, repoussant ainsi un cran plus haut les limites des systèmes en matière de transmission optique.

A titre de comparaison, les liaisons commerciales optiques actuelles sont de l’ordre de 10 à 100 Gbit/s par fibre. La capacité atteinte par les chercheurs britanniques permettrait de télécharger l’ensemble des 5 saisons de la série Games of Thrones en version HD en moins d’une seconde, selon le Docteur Robert Maher, du département Electronique et Ingénierie électrique de l’université londonienne. « Nous travaillons avec des équipements sophistiqués dans notre laboratoire pour concevoir les systèmes de la prochaine génération de cœur de réseaux et de systèmes de communication qui peut gérer des vitesses de plus de 1 térabit par seconde », déclare le chercheur.

La technologie développée par l’UCL, et dont les travaux ont été publiés sur Scientific Reports le 11 février dernier, combine encodage de l’information en signaux optique et techniques de codage jusqu’alors appliquées pour les communications sans fil. Les chercheurs sont parvenus à agréger 15 canaux optiques par modulation de phase 256QAM (Quadrature Amplitude Modulation) pour les envoyer vers un unique récepteur. Chaque canal dispose de sa propre longueur d’onde (ou couleur) et peut ainsi transporter ses données indépendamment des autres.

Jusqu’à présent, chaque couleur nécessitait son récepteur propre. Les scientifiques ont donc mis au point un récepteur capable de gérer ce « super canal » de 15 couleurs/longueur d’ondes différentes. « L’usage d’un seul récepteur fait varier les niveaux de performance de chaque sous-canal optique et nous avons dû optimiser finement à la fois le format de modulation et l’encodage pour chaque canal optique individuellement afin de maximiser le débit des données, explique Robert Maher. Cela nous a finalement permis d’atteindre le plus grand débit d’informations jamais enregistré à l’aide d’un seul récepteur ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

UCL

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top