RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Brest adopte le vote en ligne

Quatre ordinateurs connectés au Réseau trônant dans le hall d'accueil de la mairie de Brest. Un dispositif plutôt inhabituel pour un référendum... L'occasion pour une poignée d'électeurs brestois (une majorité de personnes âgées) de tester pour la première fois le vote en ligne. "La ville de Brest est depuis quelques années une ville pilote en matière d'expérimentation de nouveaux systèmes de vote", précise Michelle Tromeur, responsable des services d'élections de la ville. En 1999, une urne électronique avait été déjà expérimentée lors des européennes à Brest. Cette année, c'est bien le Réseau qui a recueilli les suffrages de quelque deux cents électeurs. L'opération était limitée à deux bureaux de vote brestois. Ces suffrages électroniques n'ont bien sûr pas été comptabilisés par le ministère de l'Intérieur. Et les cyberélecteurs devaient préalablement déposer un bulletin de vote traditionnel avant de se frotter à l'ordi. "Nous invitions tous les citoyens qui avaient voté à se rendre au bureau de vote Internet", explique Michelle Tromeur. Résultat : 35 % des 460 votants (sur 2 000 inscrits) ont tenté l'expérience du vote en ligne. "Certaines personnes étaient assez réticentes face à ce système de vote. Par manque de confiance dans l'outil", poursuit Michelle Tromeur. Pour voter en ligne, les volontaires se voyaient attribuer, sur présentation de leur carte d'électeur, un code PIN de 10 chiffres et un mot de passe de 6 signes. "Ces codes sont générés de manière aléatoire par un logiciel", explique Mélanie Blanchard, directrice marketing d'election.com en France. L'adresse URL utilisée ? "Nous la changeons à chaque démonstration et nous préférons la tenir secrète...", prévient Mélanie Blanchard. Une fois les codes d'accès validés, l'électeur devait cliquer sur l'un des trois choix (oui, non, ne se prononce pas). "Pour garantir aux électeurs un temps de réflexion supplémentaire, son premier choix devait être une nouvelle confirmé", précise Michelle Tromeur. Des fois que l'électeur clique sur le mauvais bulletin... Election.com n'en est pas à son coup d'essai : la société américaine s'était notamment chargée du vote sur Internet lors des primaires de l'État d'Arizona au début de l'année. Le but de l'expérimentation brestoise ? Obtenir l'homologation du système de vote en ligne par le ministère de l'Intérieur. Selon Michelle Tromeur, aucune refonte du code électoral n'est nécessaire pour autoriser le vote sur Internet se déroulant dans l'enceinte des bureaux de vote. Seul le vote en ligne à domicile impose un changement juridique...

Transfert :

http://www.transfert.net/fr/cyber_societe/article.cfm?idx_rub=87&idx_art=1855

Election.com : http://www.election.com

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top