RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Matière

Biomasse et bioénergie indispensables pour décarboner l'économie

La journée sur la bioénergie organisée par Ceres Inc. à College Station (Texas), a offert une occasion aux dirigeants de l'industrie énergétique qui ne sont pas familiers avec la production agricole de se promener dans les herbes hautes, de partager des nouveautés, et de voir comment les améliorations à la production de biomasse sont apportées par l'entremise de la sélection végétale et la biologie moderne.

L'évènement de cette année offrait des comparaisons entre des récoltes, des démonstrations sur le terrain et des présentations de Drax Power, Dupont Danisco Cellulosic Ethanol, General Motors, NRG Energy et The Nature Conservancy.

"Nous ne pouvons décarboner l'approvisionnement énergétique du monde sans la biomasse", a déclaré M. Richard Hamilton, président de Ceres, devant plus de 100 participants provenant des États-Unis, de l'Europe, et de l'Amérique du Sud. "La question principale à laquelle nous faisons face consiste donc à trouver la façon la plus échelonnable, efficace et durable de produire la bioénergie et les biocarburants."

La biomasse devrait devenir l'une des plus importantes sources d'énergie pour l'électricité renouvelable aux États-Unis et en Europe, selon les prévisions de l'Energy Information Agency des États-Unis et de la Commission européenne. De plus, une étude menée par Sandia National Labs en 2009 dans laquelle on employait une production conservatrice et des hypothèses de conversion, a permis de conclure que les biocarburants avancés provenant des fibres végétales pouvaient produire 75 milliards de gallons de biocarburants par année aux États-Unis.

Lors de l'événement se déroulant au centre de recherche de la société, Ceres a souligné la performance des plantes énergétiques à faible émission de carbone ainsi que la recherche qui devrait permettre d'accroître la production, de rentabiliser les terres marginales et de réduire les besoins en facteur de production. Une caractéristique de Ceres, par exemple, permettrait de réduire la consommation de pétrole aux États-Unis de plus d'un milliard de barils sur dix ans et de réduire considérablement les émissions de gaz à effets de serre en rendant les plantes encore plus efficaces en employant des engrais azotés.

Si l'on parvenait à exploiter les vivaces comme le panic raide et le miscanthus de façons nouvelles, ces dernières pourraient retirer encore plus de carbone émis durant le cycle de vie qui consiste à les transformer et les brûler. "Nous pourrions réellement commencer à parler de retrait du CO2 de l'atmosphère plutôt que de simplement réduire les émissions globales ; c'est-à-dire le carbone dans l'exploitation agricole en même temps que la production d'énergie", a noté M. Hamilton.

Enerzine

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top