RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Le billet d'avion en papier bientôt remplacé par le ticket électronique

Le bon vieux billet d'avion en papier n'a plus au maximum que deux ans à vivre avant d'être définitivement remplacé par le ticket électronique, au terme d'une évolution qui doit faire économiser des milliards aux compagnies aériennes. Au jour d'aujourd'hui, 38 % des billets vendus dans le monde le sont via l'Internet et l'Association internationale du transport aérien (Iata) souhaite que ses 265 compagnies membres atteignent le chiffre de 100 % d'ici deux ans au plus tard. "Cet objectif est une obligation. Chaque année, nous imprimons environ 350 millions de billets. Nous n'en imprimerons plus un seul courant 2007", assure Giovanni Bisignani, le directeur général de l'Iata, dont les compagnies assurent environ 90 % du trafic mondial de passagers.

La disparition du support papier doit permettre à elle seule au secteur d'économiser trois milliards de dollars par an, tandis que la généralisation de l'électronique pour l'enregistrement des passagers ou le traitement des bagages et du fret rapporterait encore plus. "Il ne s'agit pas de technologies révolutionnaires, de quelque chose qu'il faudrait encore inventer : ce sont des technologies qui existent déjà", rappelle M. Bisignani. "Elles permettront d'économiser 6,5 milliards de dollars par an et rendront le voyage plus agréable à nos passagers". A l'avenir, l'Iata espère voir disparaître les files d'attente aux comptoirs d'enregistrement, tandis que l'apparition des vignettes électroniques collées sur les valises devrait réduire le nombre de bagages perdus.

Le billet électronique est apparu fin 1995 à la suite de contacts entre la compagnie aérienne britannique British Midland et une filiale de la Sita, une société suisse de services informatiques spécialisée dans le transport aérien. British Midland cherchait alors un moyen de réduire ses coûts de distribution et à vendre ses billets directement à ses passagers sans passer par des agences de voyage. Le premier site de vente sur Internet démarrait le 11 décembre 1995 et le premier utilisateur, qui avait réservé un vol Paris-Londres, a eu droit à une bouteille de champagne, rappelle Richard Stokes, un des responsables de Sita.

A l'époque, l'Internet ne comptait que 40 millions d'utilisateurs, contre 870 millions neuf ans plus tard. En 2005, quelque 400 millions de passagers ont réservé leur billet d'avion en ligne. Mais certaines régions du monde risquent d'avoir plus de mal que d'autres à atteindre l'objectif de l'Iata, comme le reconnaît M. Bisignani. L'Europe et les USA sont largement en tête, avec plus de la moitié des billets d'avion vendus via l'Internet. La réservation directe a modifié le paysage commercial pour les compagnies aériennes établies, en butte à la concurrence de leurs rivales à bas coût comme EasyJet ou RyanAir, qui offrent depuis le départ leurs billets exclusivement sur la toile.

"L'Internet a permis de réduire les coûts des compagnies, mais il a aussi aiguisé la concurrence par les prix et entamé les rendements", observe le directeur de la Sita, Ian Ryder. Après l'introduction des bornes d'enregistrement électroniques par certaines compagnies dans les aérogares, le secteur aérien travaille à la mise en place de normes techniques communes qui permettraient aux aéroports d'installer le même équipement pour tous les transporteurs. Quant à l'enregistrement direct depuis chez soi via l'Internet, il devrait faire son apparition l'an prochain, d'après la Sita.

AFP

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

    Recommander cet article :

    back-to-top