RTFlash

Des bâtiments en carton recyclé et biodégradable…

De l'extérieur, le bâtiment de l'entreprise "Résonance urbanisme et paysage", basé à Ecouflant dans le Maine-et-Loire, semble tout à fait conventionnel. Sauf que l'ossature en bois de ses 400 m2 de bureaux cache en réalité un assemblage de panneaux en carton. Cette agence d'urbanisme en a tout de suite vu les avantages et les vertus, tant sur le plan phonique que thermique.

« Les consommations sont très faibles. On a passé notre bâtiment à la caméra thermique et on a constaté qu’il n’y avait quasiment pas de perte, aucun pont thermique, ce qui n’étais pas le cas de certains de nos bâtiments voisins », assure Philippe Douillard, cogérant de la société. Bâti il y a cinq ans, la construction respecte les coûts de l'immobilier professionnel, environ 1200 euro/m2. Dans ce bâtiment zéro béton, le carton est partout, sur les murs, les sols et même la toiture, protégée de l'eau par une membrane isolante. « Avec le carton alvéolaire, c’est comme si vous aviez du multi-vitrage dans votre mur », explique Alain Marboeuf, président de BAT'IPAC, une entreprise basée près de Nantes qui a développé le concept. Créée il y a une dizaine d'années, l'entreprise a déjà réalisé une centaine de constructions.

Elle se fournit en matériaux auprès du groupe DS Smith, spécialisé dans le papier et l'emballage. « Le carton est à 100 % à base de fibres recyclées et il est à 100 % recyclable, compostable et même biodégradable », explique Armand Chaigne, Directeur marketing DS Smith. « En moyenne, une fibre de papier se recycle neuf fois avec la même qualité. Elle peut se recycler 24 fois avec une petite dégradation de qualité ». La société BAT'IPAC a d'ores et déjà déposé un brevet dans une vingtaine de pays européens. « Le produit peut maintenant se déployer à grande échelle sur le marché de la construction, que ce soit dans le logement, le tertiaire ou les bâtiments techniques », confirme Alain Marboeuf, « il s'adapte aussi au marché colossal de l’isolation thermique par l’extérieur et de la rénovation des bâtiments ». Une nouvelle réglementation, RE2020, impose désormais au secteur de la construction de réduire l'impact environnemental des matériaux utilisés. Le carton apparaît donc comme une alternative d'autant plus solide.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

FIPL

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top