RTFlash

Autolib' met le contact

Le service de voitures électriques en libre-service, inspiré du fameux Vélib', est accessible au public depuis le 5 décembre. Ce service, qui constitue une nouvelle offre de déplacement, a  été inauguré en grande pompe le 5 décembre par le maire de Paris, Bertrand Delanoë -c'est un projet phare de sa mandature- et par Vincent Bolloré, dont le groupe a conçu le véhicule.

Après une phase de test qui a débuté le 2 octobre, le lancement grandeur nature d'Autolib' sera, selon le maire PS de la capitale, « une révolution » qui améliorera « la qualité de vie » dans Paris et sa métropole. La philosophie du projet ? Inciter Parisiens, Franciliens et touristes, à renoncer à leur voiture personnelle en mettant à leur disposition une flotte de véhicules disponibles, peu chers et écolos, pour un usage ponctuel. Objectif de la Ville de Paris, décongestionner le trafic. Selon une étude municipale, une voiture de ce type peut se substituer à 5 voitures privées.

Les 250 Bluecars couleur « aluminium brossé » de Bolloré vont desservir, silencieusement, 46 communes d'Ile-de-France dont Paris. Selon Annick Lepetit, adjointe PS chargée des transports et présidente du syndicat mixte « Autolib », les 250 premières voitures sont réparties dans 250 stations, dont 180 dans Paris intra muros. Parmi les premières communes de Première couronne à lancer Autolib' figurent Malakoff, Montrouge, Issy-les-Moulineaux, Saint-Ouen, Pantin, etc.. Chaque mois jusqu'en mai 2012 , de nouvelles voitures seront installées pour atteindre 3.000 voitures et 1.200 stations.

Concrètement, l'utilisateur pourra ainsi, comme avec le « Vélib », prendre une voiture dans une station A et la déposer dans une station B à l'issue de son trajet, selon un système de « trace directe ». Le tarif est appliqué à la demi-heure . « On peut prendre une Autolib' 24h d'affilée mais ce n'est pas le but.

Fabriquée en Italie avec Pininfarina, la « Bluecar » proposée par Autolib affiche une autonomie de 250 kilomètres pour un temps de recharge d'environ quatre heures. L'usage moyen devrait être inférieur à 1 heure. Les formules tarifaires proposées encouragent d'ailleurs les déplacements courts : au forfait (annuel à 144 euros, hebdomadaire à 15 euros ou quotidien à 10 euros) s'ajoutera le prix de la location à raison de cinq à sept euros la première demi-heure, quatre à six euros la deuxième, puis six à huit les suivantes.

Selon l'industriel breton, Autolib sera profitable à partir de 80.000 abonnés. Avec une contribution publique de 50.000 euros par station, l'investissement pour la Mairie de Paris s'élève à 35 millions d'euros. « Nous estimons qu'à partir de la septième année, ce sera rentable, et un groupe industriel comme le nôtre a l'habitude de n'avoir des rentabilités qu'au bout de six ou sept ans », a prévenu Vincent Bolloré, PDG du groupe. Autolib constitue aussi une vitrine pour les batteries Bolloré, fabriquées en Bretagne, à la veille de la grande bataille du véhicule électrique. Contrairement aux autres constructeurs qui ont choisi le lithium-ion, la Bluecar fonctionne avec une technologie radicalement différente : la batterie solide lithium-métal-polymères dérivée de l'expérience historique du groupe dans les condensateurs.

Les Echos

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top