RTFlash

RTFlash a besoin de vous pour continuer à exister !

Propulsé par HelloAsso

Alliance au sommet contre le spam

Trois des premiers fournisseurs d'accès internet américains AOL, Microsoft et Yahoo ont l'intention de s'associer dans la lutte contre le "spam", les messages publicitaires non désirés. Dans un communiqué commun, les trois géants américains expliquent qu'ils proposeront aux autres sociétés de développer de nouvelles normes techniques pour bloquer ces e-mails fortement critiqués par les internautes. Les trois sociétés précisent qu'elles espèrent "réduire de manière significative la capacité des spammeurs à utiliser les services de Microsoft, d'AOL et de Yahoo pour envoyer leurs courriers électroniques". Elles entendent également travailler avec les autorités légales pour sévir contre les expéditeurs de spams qui passent outre les filtres. "AOL, Microsoft et Yahoo! vont poursuivre activement leur collaboration avec la justice pour améliorer les efforts destinés à confondre les "spammers", ont-elles insisté dans le communiqué. Le fléau des "spam", notamment parce qu'il risque de mettre des mineurs en contact avec des contenus pornographiques sur le PC familial, a déjà donné lieu à des poursuites judiciaires aux Etats-Unis. Dans la course perpétuelle qui oppose ceux qui envoient massivement des mails et ceux qui essaient de les arrêter, il semble que les premiers soient toujours en avance d'une tête. Le spamming, cette méthode marketing d'envoi massif de courriers électroniques à caractère commercial, n'en finit plus d'encombrer les boîtes aux lettres. La société de logiciels anti-spams Brightmail vient de publier ses estimations pour 2003 qui font état de 45 % d'emails non désirés, soit 16 % de plus qu'en janvier 2002. Quant à AOL, grand fournisseur d'accès à Internet, il évalue à deux milliards par jour ce type de messages, envoyés à ses 35 millions d'utilisateurs. L'architecture du réseau Internet et l'ingéniosité des spammeurs rend difficile toute lutte efficace. Quels que soient les filtres basés sur l'intitulé de l'expéditeur, le contenu ou le sujet du message, les spammeurs trouvent toujours des parades de plus en plus sophistiquées. Une solution consisterait à réglementer fortement l'envoi des emails commerciaux mais dans ce cas, nombre d'entreprises craignent qu'une intervention plus importante du législateur ne porte préjudice aux affaires.

NYT : http://www.nytimes.com/2003/04/22/technology/22SPAM.html

Reuters : http://fr.news.yahoo.com/030428/85/364jg.html

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

back-to-top