RTFlash

Matière

Vers une production propre des molécules azotées

L’atome d’azote est un des constituants de base des acides aminés et joue un rôle fondamental dans la biochimie du vivant. Le diazote est essentiellement présent dans l'atmosphère terrestre et c'est une molécule très inerte qu'il est très difficile de faire réagir avec d'autres éléments.

Depuis près d'un siècle, le procédé industriel Haber-Bosch permet d'effectuer chaque année la conversion de millions de tonnes de N2 en ammoniac (NH3), qui permet entre autres de synthétiser les fertilisants azotés indispensables à l'agriculture intensive. Toutefois, ce procédé présente le gros inconvénient d'être très gourmand en énergie et en ressources fossiles et d'entraîner également d'importantes émissions de CO2.

Pour transformer N2, les scientifiques cherchent donc des méthodes plus douces, moins énergivores et plus respectueuses de l’environnement. Récemment, des chercheurs du Laboratoire de chimie de coordination (CNRS) sont parvenus à créer des liaisons entre l'un des atomes d'azote et un atome de bore ou de silicium.

Pour parvenir à ce résultat, ils ont utilisé une méthode inédite basée sur l'action coopérative d'un complexe métallique et d'une molécule spécifiquement synthétisée contenant un atome de bore, inspirée par la chimie récente des "Paires de Lewis Frustrées". Ce travail ouvre de nouvelles perspectives quant à la transformation de cette molécule de diazote très utilisée dans l'industrie chimique mais particulièrement difficile à rendre assimilable par des organismes vivants.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Wiley

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

Poster un nouveau commentaire

back-to-top