RTFlash

Avenir

Vers des moteurs moléculaires réversibles

L'utilisation des moteurs moléculaires reste limitée par le fait qu'ils ne peuvent produire leur travail que dans un seul sens. Des chercheurs de l'Institut Charles Sadron du CNRS, menés par Nicolas Giuseppone, professeur à l'Université de Strasbourg, en collaboration avec le Laboratoire de mathématiques d'Orsay (CNRS/Université Paris-Sud), sont parvenus à développer des machines moléculaires plus complexes, capables de fournir un travail dans un sens, puis dans l'autre. L'ensemble peut même être précisément contrôlé à la manière d'une boîte de vitesses.

Les moteurs moléculaires peuvent produire un mouvement mécanique cyclique grâce à une source d'énergie externe, par exemple chimique ou lumineuse, combinée au mouvement brownien (mouvement désordonné et aléatoire des molécules environnantes). Le nanomoteur est ainsi soumis à des chocs moléculaires de toute part, qui compliquent la production d'un travail mécanique orienté et donc utile. Les premiers moteurs moléculaires des années 2000 utilisent le principe du "cliquet brownien" qui, à la manière d'un cran sur une roue dentée empêchant le mécanisme de repartir en arrière, va biaiser le mouvement brownien afin que le moteur ne fonctionne que dans une seule direction. Cela permet de fournir un travail exploitable, mais interdit cependant de changer son sens.

L'équipe de chercheurs s'est donc mise en quête d'une solution pour inverser ce mouvement. Ils ont pour cela relié des moteurs à des modulateurs moléculaires (unités de débrayage), par le biais de chaînes de polymères (unités de transmission). Un modèle mathématique a aussi été établi pour comprendre le comportement de ce réseau. Sous irradiation ultraviolette, les moteurs vont tourner alors que les modulateurs restent immobiles. Les chaînes de polymère vont donc s'enrouler sur elles-mêmes et se contracter à la manière d'un élastique qui raccourcit au fur et à mesure qu'on le torsade. Le phénomène s'observe à l'échelle macroscopique : ces molécules forment un matériau qui se contracte.

Lorsque les molécules sont soumises à une lumière dans le spectre visible, les moteurs s'arrêtent et les modulateurs sont activés. L'énergie mécanique stockée dans les chaînes de polymères entraîne alors une rotation des modulateurs dans le sens inverse du mouvement originel et le matériau s'étend. De manière encore plus spectaculaire, les chercheurs ont pu montrer que le taux et la vitesse du travail produit peuvent être finement régulés grâce à des combinaisons de lumières UV et visibles, comme une boîte de vitesse fonctionnant par modulation de fréquence entre moteurs et modulateurs. L'équipe tente désormais de tirer parti de cette étude pour la mise en œuvre de dispositifs photomécaniques, capables de fournir un travail mécanique contrôlé par la lumière.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Physics World

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Un nanomatériau pour stocker l'énergie solaire

    Un nanomatériau pour stocker l'énergie solaire

    Des chercheurs de l'Institut Paul Scherrer (PSI) ont développé un nanomatériau efficace et peu coûteux, pouvant servir de catalyseur afin de stocker par exemple l'énergie solaire ou éolienne sous ...

  • Une puce électronique qui détecte le cancer

    Une puce électronique qui détecte le cancer

    Des chercheurs israéliens ont mis au point une puce capable de détecter dans notre haleine de minuscules molécules caractéristiques de dix-sept maladies. Pour mettre au point ce dispositif de ...

  • Un fil composite à rigidité variable

    Un fil composite à rigidité variable

    Des scientifiques de l'Ecole Polytechnique de Lausanne (EPFL) ont mis au point un nouveau type de fil dont la rigidité varie en fonction de sa température. Cette nouvelle structure pourrait être ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top