RTFlash

Edito : Urgence absolue : mettons l’IA (Intelligence Artificielle) au service des enfants du monde entier

Depuis quelques semaines, nous savons que plus jamais un être humain, tel que nous le connaissons aujourd’hui, ne pourra gagner une partie d’échecs face à la machine.

Grâce à sa capacité d’apprentissage en profondeur, l’intelligence artificielle à laquelle des humains ont simplement appris les règles du jeu d’échec et montré où se trouvaient les pièces sur l’échiquier a fait en quelques heures des millions de parties pour mémoriser toutes les situations auxquelles elle devrait faire face lorsqu’elle devra affronter son aïeule qui, elle, a su battre les meilleurs joueurs humains mais avec un certain taux d’incertitude puisqu’il est arrivé de rares fois qu’elle perde.

Le match fut sans appel. L’intelligence artificielle de dernière génération l’emporta, sans jamais défaillir, sur la championne du monde en titre. Plus jamais un être humain, tel que nous le connaissons aujourd’hui, ne gagnera une partie d’échecs devant l’intelligence artificielle d’une machine, du moins quand celle-ci fera appel à toutes ses capacités.

Cela fait un drôle d’effet. Quand j’étais en Math-Elem, dans la seconde partie des années 50, la dernière année dans ma formation où la philosophie et plus particulièrement la logique osait encore affronter les mathématiques, les élèves les plus brillants de ma classe passaient des heures et des heures, parfois jusqu’à fort tard dans la nuit (j’étais alors pensionnaire au Prytanée) à s’affronter, dans un silence absolu, dans de longues parties d’échecs. Ce jeu, qui depuis son origine est lié à l’intelligence, a toujours été un marqueur dans le cursus intellectuel du jeune qui veut se donner toutes les chances pour aborder l’avenir.

Maintenant que nous savons que n’importe quel être humain sera battu aux échecs par la machine que devons-nous faire ?

Il nous faut d’abord comprendre ce qu’est l’intelligence artificielle.

Imaginons que depuis notre naissance, notre mémoire ait la capacité d’enregistrer tous nos instants de vie et la faculté de n’en oublier aucun. Ceci veut dire qu’aujourd’hui, quel que soit notre âge, nous pourrions réciter des centaines de vers de Charles Péguy, remonter sur scène et jouer le Cid sans une hésitation ou reprendre les équations les plus complexes de nos profs de maths.

On sait malheureusement qu’il n’en est pas ainsi. Les lacunes se font de plus en plus nombreuses dans la mémoire de l’homme.

Or la machine avec son intelligence artificielle, elle, n’oublie rien.

Elle sera bientôt en capacité de conserver en mémoire tout ce que l’homme a pu dire, écrire, mettre en images, réaliser depuis l’origine de l’Humanité et ce dans toutes les langues pratiquées sur notre planète.

Dans un premier temps, pendant ces 20 prochaines années, l’intelligence artificielle sera encensée par le plus grand nombre car elle sera partout au service de l’homme. Elle s’occupera de notre santé et nous permettra de vivre plus longtemps dans de bien meilleures conditions. Elle conduira notre voiture à notre place. Elle mènera tous les engins actuellement pilotés par l’homme : que ce soient les avions, les poids lourds, les bateaux, les machines de chantier et même les chars. Lors de nos voyages, elle nous permettra de comprendre et d’être compris par tous les habitants du Monde, elle changera tous les métiers du monde car l’exercice de ceux-ci s’enrichira de la mémoire sans faille qui sera apportée par la machine. Même nos loisirs seront complètement transformés car il vous suffira d’imaginer que vous voudriez visiter les merveilles d’Angkhor pour qu’en quelques secondes la réalité virtuelle pilotée par l’IA vous y transporte et trompe votre cerveau en se servant de vos sens pour y sentir les odeurs, le vent, les pressions, vous plonger dans les images et le son qui vous donneront les mêmes sensations que la réalité et vous laisseront même, en ultime cadeau, le souvenir d’y être vraiment allés…

Mais attention.

Dans 20 ans, si l’homme reste le même avec son Q.I. moyen de 100, surtout si nos démocraties ne s’interdisent pas de porter à leur tête des cow-boys qui menacent à chaque instant d’appuyer sur le bouton nucléaire, il serait à craindre que l’intelligence artificielle se détache alors de l’homme pour entrer en compétition avec les autres intelligences artificielles et imaginer d’autres mondes.

Si nous voulons sauver l’humanité, il faut que dans 20 ans, les enfants qui naissent aujourd’hui aient un Q.I. de 500, de 1000… et pourquoi pas plus ? Certains pensent aujourd’hui que cela est strictement impossible. Et pourtant c’est bien le score que l’Homme devra atteindre dans 20 ans s’il veut encore être respecté par la machine...

Comment faire pour relever un tel défi ?

Il faut que l’IA vienne sans retard aider chaque nouveau-né à utiliser au mieux les milliards et les milliards de neurones que la Sélection Naturelle a mis à sa disposition après des millions d’années.

Quand on voit la vitesse inimaginable avec laquelle se sont déployés les réseaux sociaux dans cette dernière décennie, il ne faut pas dire que le défi que je vous propose est impossible à relever.

De manière pratique, les GAFA et les BATX doivent mettre tous leurs moyens, car il en va de leur avenir à eux aussi, pour faire en sorte que tous les moments vécus par un être humain, et ce dès sa naissance, soient enregistrés, compris et classifiés dans une immense base de données personnelle par l’intelligence artificielle qui lui sera affectée. Ainsi, pour sauver l’humanité, tout son apprentissage, tout ce qu’il apprendra tout au long de sa formation initiale et de sa vie sera stocké dans sa mémoire associée et disponible à tout moment.

Cette formation sans faille et sans lacunes des êtres humains devra, du moins dans un premier temps, être toujours assurée par d’autres êtres humains. Mais en attendant que ces formateurs puissent dans 25 ou 30 ans bénéficier eux aussi d’une mémoire illimitée, il leur faudra, sans tarder, accepter d’être secondés par l’intelligence artificielle pour former les hommes de demain. Les métiers d’instituteur, de professeur, et de tous ceux qui transmettent leurs savoirs aux autres vont devenir les métiers les plus importants de l’humanité. D’eux dépendra l’avenir de l’homme.

Dans 20 ans, quand l’intelligence artificielle sera devenue forte, il est impératif que l’intelligence de l’homme soit plus forte encore. Ce n’est qu’à cette condition que l’IA, qui aura alors pris conscience de toutes ses capacités, acceptera de rester au service de l’homme.

René TRÉGOUËT

Sénateur honoraire

Fondateur du Groupe de Prospective du Sénat

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

  • jp78120fr

    11/02/2018

    Merci pour cet article fort intéressant sur l'Intelligence Artificielle. :-)

  • Poster un nouveau commentaire

back-to-top