RTFlash

Très haut débit : France Télécom se sent la fibre...optique

L'opérateur historique abandonne le VDSL 2 et se concentre sur la fibre optique reliée directement chez l'abonné. Un déploiement financièrement lourd, qui se fera au gré du développement des usages. Didier Lombard, P-DG de France Télécom a décidé de miser sur la fibre optique déployée jusqu'à l'abonné (baptisée FTTH, pour Fiber to the Home) pour répondre aux besoins croissants de ses clients en débit. France Telecom explique qu'à court terme "la qualité de réseau de cuivre France Telecom et la maîtrise des technologies DSL permettent de satisfaire les usages du Haut Débit" mais qu'à "l'horizon de quelques années, les besoins en débit vont continuer à croître fortement". Mais pas question «de faire basculer du jour au lendemain des millions de prises», prévient le patron de FT. La première étape de cette orientation stratégique débutera dans un premier temps avec le lancement d'un projet pilote d'accès «très haut débit» (100 Mbits/s) d'ici juin 2006. Mille foyers seront sélectionnés à Paris et dans six villes des Hauts-de-Seine (Issy-les-Moulineaux, Boulogne, Rueil Malmaison, Asnières et Villeneuve la Garenne).

Pour participer, ils devront toutefois débourser 80 euros par mois. Outre l'accès très haut débit, ils bénéficieront pour cette somme d'un service de téléphonie illimitée (VoIP), de la télévision haute définition, ainsi que de tous les services liés au boîtier Livebox de Wanadoo. Cette solution FTTH a été retenue pour succéder aux différentes technologies xDSL qui plafonnent désormais à 30 Mbits/s (débit théorique) pour l'ADSL 2+. Au passage, FT choisit de faire l'impasse sur un déploiement à grande échelle de technologie VDSL2 (Very High Rate DSL 2 ou ligne numérique d'abonné à très haut débit version 2), qu'il testait en laboratoire depuis l'automne dernier. «Nous arrivons au bout des capacités de la paire de cuivre», explique Didier Lombard. «Il ne serait pas raisonnable d'engager des investissements sur une technologie, le VDSL 2, dont je sais qu'elle ne va durer que deux ou trois ans». Car ensuite, selon ses prévisions, les usages de ses clients vont nécessiter des débits plus élevés, qui rendront le passage à la fibre optique incontournable.

Pour l'opérateur, l'objectif est bien d'avoir un jour de la fibre optique dans tous les foyers, même dans les zones rurales. D'autres pays se sont déjà convertis à la fibre optique de bout en bout. La Corée du Sud y a recours pour connecter immeubles et domiciles. Au Japon, près de 4 millions d'abonnés sont aujourd'hui raccordés par FTTH (Fiber To The Home, soit la fibre jusqu'au domicile de l'abonné). Mais, en Europe, aucun opérateur historique n'a encore déployé cette technologie sur une large échelle.

FT

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top