RTFlash

Vivant

Un régime alimentaire pour freiner la maladie de Parkinson ?

Une étude de l'Université de Leicester (Grande-Bretagne) montre que les patients atteints de la maladie de Parkinson précoce pourraient tirer bénéfice d'une augmentation des apports de niacine (vitamine B3) dans l'alimentation.

La niacine ou vitamine B3 correspond à deux molécules : la niacine (acide nicotinique) et son amide, la nicotinamide. Elle est trouvée dans toute une variété d'aliments, dont certaines viandes et les noix. La nicotinamide riboside a déjà été remarquée pour son aptitude à améliorer le métabolisme et pour ses effets bénéfiques sur le fonctionnement des cellules souches.

La maladie de Parkinson se développe avec la mort des neurones dopaminergiques dans une zone du cerveau, la substance noire, en raison, principalement, de mitochondries, ces mini-usines cellulaires à énergie, en mauvaise santé. Ces mitochondries défectueuses libèrent des molécules toxiques qui endommagent leurs gènes et ces mutations dans les gènes tels que PINK1 empêchent les cellules d’éliminer les mitochondries défectueuses. Tous ces dommages mitochondriaux vont freiner la production d’un composé important pour la production d'énergie et la réparation de l'ADN, la co-enzyme NAD.

L’étude menée sur la mouche à fruits génétiquement modifiée avec le gène muté PINK1 pour imiter la maladie de parkinson, supplémentée avec la niacine, confirme que la niacine stimule les niveaux de composé NAD dans le corps, booste ainsi les mitochondries et tient la maladie de Parkinson à distance. Ainsi, les mouches ayant reçu la niacine ont beaucoup moins de mitochondries défectueuses et perdent beaucoup moins de neurones.

L'équipe de neuroscientifiques a ensuite examiné si l'arrêt biologique de l'appauvrissement en NAD permettrait de protéger les mouches de la maladie de Parkinson et constaté que la commutation génétique de cette fonction permet de maintenir les mitochondries en bonne santé et les neurones vivants, et de préserver la durée de vie des mouches. Des résultats qui confirment que la "NAD" disponible est essentielle pour maintenir les mitochondries en forme et pour freiner la maladie de Parkinson.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

Bio

Noter cet article :

 

Vous serez certainement intéressé par ces articles :

  • Des interfaces hommes-machines pour améliorer la vie des handicapés

    Des interfaces hommes-machines pour améliorer la vie des handicapés

    Depuis six mois, l'équipe de Vincent Roualdes, neurochirurgien au CHU de Nantes, travaille sur un dispositif qui permet de piloter un drone par la pensée en s’appuyant sur ...

  • Le cerveau : un organe social !

    Le cerveau : un organe social !

    Selon une étude de l'Inserm et du CNRS (Laboratoire de psychologie sociale et cognitive de Clermont Auvergne, Institut de psychologie sociale et cognitive et Institut de neurosciences de la ...

  • Pouvoir prédire l'autisme

    Pouvoir prédire l'autisme

    Depuis plusieurs années, la recherche en neurobiologie tente d’'identifier des marqueurs précoces décelables avant l'’apparition des premiers symptômes de troubles ...

Recommander cet article :

    Poster un nouveau commentaire

back-to-top